Essayer Rivian sur les traces de Tesla pour sa production européenne ?

Configurez votre véhicule Rivian sur les traces de Tesla pour sa production européenne ou demandez un essai gratuitement.

Rivian est bien occupé par la montée en cadence des R1T et R1S dans son usine dans l’Illinois. Mais l’Europe reste en ligne de mire et les Pays-Bas semblent en bonne posture pour l’emporter. Du moins pour une première étape, qui se fera finalement sans VDL Nedcar.

Montée en cadence de la production à Normal, seconde usine en Géorgie, nouveaux modèles… Le programme de croissance de Rivian est assez chargé. Et il comprend aussi le début de l’expansion géographique du constructeur en dehors de l’Amérique du Nord avec une priorité donnée à l’Europe. Sur ce sujet, Rivian avait engagé des discussions avec VDL Nedcar pour produire ses véhicules dans l’usine néerlandaise de Born. Une usine qui sera bientôt vide avec la fin du contrat avec BMW. Finalement, ce ne serait pas la solution envisagée. Dommage pour VDL, puisque ces discussions ont vraisemblablement aidé à la décision de Canoo d’annuler son contrat avec l’assembleur néerlandais.

En effet, Rivian envisage plus simplement d’assembler ses véhicules lui-même. Il s’agirait d’assemblage de type CKD (Complete Knock Down – assemblage complet à partir de kits de pièces importés) ou plus probablement SKD (Semi-complete Knock Down). Dans ce dernier cas, les véhicules sont déjà quasiment achevés, mais certaines pièces (roues, sièges, moteur par exemple) sont expédiées dans des caisses séparées… Dans les deux cas, le process permet d’éviter les taxes liées à l’importation de véhicules, ces dernières s’appliquant à des véhicules complets et fonctionnels.

On notera que c’est le process qu’avait choisi Tesla pour ses premiers véhicules vendus en Europe. Également installée aux Pays-Bas, l’usine de Tilburg se contentait ainsi d’installer moteur et batteries dans les Model S et X dont le reste de l’assemblage était réalisé en Californie. Ouverte en 2012, l’usine a cessé son activité de production en 2021.

Pour débuter sur le marché, la solution a aussi pour intérêt d’être moins onéreuse qu’une usine complète. Mais la capacité est limitée. Tesla avait poussé son unité à 450 véhicules/semaine à son maximum.