« R » pour Renault et « Q » pour Continental… S’il continue aujourd’hui à proposer en parallèle les deux motorisations sur la Zoe, Renault pourrait bientôt réduire son offre pour ne se concentrer que sur ses moteurs « maisons ».

Premier moteur proposé lors du lancement de la ZOE, en 2013, le Q90 de Continental reste aujourd’hui le seul à proposer une recharge rapide en 43 kW AC grâce au fameux chargeur caméléon. Selon nos confrères d’InsideEVs, Renault aurait désormais interrompu les commandes du Q90 sur certains marchés. Dans l’Hexagone, la marque a confirmé à Automobile-Propre que le moteur Continental restait disponible « pour l’instant ».

Suite logique

En pratique, le retrait du moteur Continental s’avère être un choix logique pour le constructeur au losange. Il s’agit d’une part de favoriser ses propres moteurs, assemblés à Cléon (Normandie), mais aussi et surtout de préparer l’arrivée de la nouvelle ZOE.

Attendue dans les tous prochains mois, cette ZOE 2.0, annoncée par certains comme une « grosse phase 2 », devrait inaugurer un nouveau dispositif de charge rapide en Combo 100 kW. Associé à un chargeur embarqué fonctionnant en 22 kW, celui-ci rendrait obsolète l’actuel Q90 et permettrait à Renault de se défaire définitivement du partenariat conclu avec l’équipementier allemand.

Un divorce déjà engagé depuis quelques années. Après avoir introduit en 2015 son premier moteur, Renault a lancé l’an dernier une nouvelle motorisation : la R110. Plus puissance, notamment lors des reprises, celle-ci autorise jusqu’à 108 chevaux de puissance mais avec une charge limitée à 22 kW. Sur la nouvelle ZOE, un moteur inédit devrait être introduit. Selon nos confrères de l’Argus, sa puissance pourrait être portée à 95 kW (130 chevaux). Une nouvelle configuration qui, associée à une batterie de l’ordre de 50 kWh, devrait permettre à la citadine au losange de rester compétitive face à ses rivales, Peugeot 208 électrique en tête.

Renault ZOE : vers la fin du moteur Continental
3.6 (71.79%) 39 vote[s]