Voiture électrique Xiaomi illustration 2021

Connu en France pour ses téléphones et trottinettes, Xiaomi investira 8,5 milliards d’euros dans les 10 prochaines années dans les véhicules électriques.

Après Google et Apple, Xiaomi officialise son arrivée sur le segment de la voiture électrique. Ce mardi 30 mars, le géant de l’Empire du Milieu a officialisé la création d’une nouvelle unité automobile. L’actuel PDG, Lei Jun, en sera le directeur. D’ici 2030, Xiaomi y dépensera environ 8,5 milliards d’euros.

Il manque encore le but final de cette opération. À ce stade, Xiaomi ne déclare pas formellement vouloir lancer des voitures électriques sous sa propre marque (comme la possible Apple Car). Le groupe ne dit pas non plus développer des technologies pour d’autres constructeurs, ce qu’entreprend Google.

Le communiqué fait seulement état d’une volonté « d’offrir des véhicules électriques intelligents de qualité ». En France, on connaît pour l’instant Xiaomi pour ses vélos électriques ou ses téléphones.



Xiaomi seule au volant ?

Même si elle détient des parts au sein de Xpeng, la firme chinoise n’a pas annoncé de partenariat avec d’autres acteurs du monde automobile. Elle n’a pas non plus confirmé les rumeurs d’une association avec Great Wall Motors. Cela signifie-t-il que Xiaomi fera cavalier seul dans la voiture électrique ? Cette interrogation est légitime, puisque ses deux rivaux ont un tel appui. Baidu s’est alliée à Geely, tandis qu’Alibaba est épaulée par SAIC. De nouvelles annonces pourraient toutefois intervenir prochainement.

Zhiji Auto IM Alibaba SAIC 2021

Comme Xiaomi, l’autre géant chinois Alibaba s’est lancé dans la voiture électrique.