Après la première Mini électrique, la marque britannique prépare deux prochains modèles, des « crossovers » produits en Chine à partir de 2023.

Dans le segment de la voiture électrique, BMW avait dégainé dès 2013 avec la très avant-gardiste i3. Toutefois, la filiale Mini a dû patienter longtemps avant de compter un tel modèle au catalogue. La marque n’a proposé sa 3 portes électrique qu’en 2019, sous le nom Cooper SE. Pour le reste de la gamme, il faudra encore patienter.

Un Countryman électrique et un petit frère

En 2020, année charnière pour l’automobile électrique et les taux de CO2, Mini n’a compté aucune nouveauté. Seul le Countryman hybride rechargeable (Cooper SE) a reçu un restylage, sans changer sa partie technique.

Ce ne sera pas en 2021 ni en 2022, mais en 2023 qu’une seconde voiture électrique Mini débarquera. Elle sera « un crossover dans le segment des citadines » selon le constructeur, confirmant une information parue en juin. Concrètement, elle sera plus haute, longue et large qu’une Mini traditionnelle, 5 portes certainement, pourquoi pas dans l’esprit d’un DS 3 Crossback E-Tense. Si l’attente est longue, un second véhicule « crossover compact » est au programme pour épauler le Countryman. Ce dernier survivra dans sa prochaine génération en motorisations thermiques et « un groupe motopropulseur électrifié » (donc hybride, certainement rechargeable). Ces deux modèles devraient être produits en Chine, tout comme le BMW iX3, via la coentreprise locale avec Great Wall Motor.



Enfin, il n’est pas question d’une « mini Mini ». Depuis le concept Rocketman de 2011, la rumeur ne désenfle pas, mais la marque britannique n’évoque pas de nouveau modèle électrique d’entrée de gamme. Dommage.

Auriez-vous aimé une vraie petite Mini à moteur électrique ?

Mini Rocketman concept 2011

Pas de petite Mini électrique au programme, mais deux crossovers