Après quelques hésitations, Lamborghini trouve sa voie et lancera sa première sportive hybride cette année.

La transition énergétique est difficile pour les fabricants de rêve automobile, habitués aux cathédrales mécaniques thermiques. Mais l’heure n’est plus aux cylindrées déraisonnables et le salut passera forcément par l’électrification, totale ou partielle. S’il n’est pas encore question de motorisation électrique, Lamborghini s’oriente vers l’hybride.

À l’image de McLaren qui a déjà fait le choix de l’hybridation avec la Speedtail ou la récente Artura, Lamborghini devrait inaugurer une motorisation hybride pour la remplaçante de l’Aventador, qui devrait voir le jour cette année. Mais sa configuration serait exotique.



Des supercondensateurs en guise de batterie

D’après les premières informations, cette future sportive hybride devrait reprendre la mécanique de la Lamborghini Sian : le V12 6,5 litres atmosphérique sera associé à un moteur électrique équipé d’un supercondensateur. La puissance totale en phase de boost pourrait toucher les 819 ch.

Cette mécanique hybride ne devrait pas permettre à Lamborghini de mieux envisager l’avenir. Car si l’électrification vient en renfort pour améliorer les performances, les émissions de CO2 devraient toujours être élevées. Mais Sant’Agata Bolognese aurait déjà la solution pour satisfaire les normes avec une version PHEV de l’Urus qui pourrait reprendre la mécanique du Porsche Cayenne Turbo S e-Hybrid.