Une BMW i3 utilisée par la police écossaise / Flickr CC Steven Straiton

Les services de police du Royaume-Uni ne seraient pas satisfaits de leur flotte de voitures électriques selon le Daily Mail. Accusant un temps de charge trop long, une autonomie limitée et des technologies incompatibles, elles ne permettraient pas d'assurer les poursuites de suspects et les interventions urgentes.

Outre-Manche, les services de police exploitent un total de 448 voitures électriques. Une flotte conséquente mise en place pour verdir leur image et échapper aux redevances sur les véhicules polluants selon les villes. Problème, ces voitures seraient uniquement utilisées pour des interventions non-urgentes et pour les trajets domicile-travail des chefs. Selon le Daily Mail qui affirme citer des rapports de police, les voitures électriques « ne peuvent pas répondre aux exigences d’une réponse urgente ou de courses-poursuites ». Ces derniers prendraient « trop de temps à se recharge pour être prêts [à répondre aux appels] et pourraient manquer de batterie avant la fin d’un service de quart ».

Le journal britannique explique que 30 des 46 unités de police du pays ont acheté ou loué des véhicules zéro-émission pour une dépense totale d’au moins 1,49 million de livres (1,74 million d’euros). A Londres, Scotland Yard dispose de 134 voitures électriques et souhaite convertir la totalité de son parc en 2050. Une stratégie qui permet d’éviter le paiement d’un redevance quotidienne à la ville mais serait peu efficace contre le crime. « Le marché n’a pas encore suffisamment mûri pour proposer des véhicules à carburant alternatif capables de répondre aux exigences du rôle de voitures de poursuite » affirme un rapport interne relayé par le Daily Mail.

Un défaut également constaté par la police du Staffordshire, qui déclare dans un rapport que ces véhicules « ont du mal à faire face aux besoins ardus des services d’urgence ». « Les systèmes de conduite autonome et de sécurité ne sont pas propices à la poursuite ou à la conduite dynamique » ajoute t-il. Le freinage d’urgence automatique, le bridage de la vitesse maximale et les feux de jour seraient autant d’obstacles aux opérations explique aussi la police de Thames Valley.

Publicité


Publicité