En France, c’est l’Outlander PHEV qui symbolise le programme électrifié de la marque aux 3 diamants.

La citadine électrique i-MiEV s’est très bien répandue sur le vaste territoire, surtout rebadgée des logos Citroën et Peugeot pour leurs C-Zero et iOn. C’est donc sur le SUV hybride rechargeable que reposait principalement la feuille de route électrique de la marque nippone. Ce modèle enchaîne toujours les distinctions et les succès commerciaux en Europe et dans l’Hexagone depuis plus de 5 ans.

Un gros coup de frein vient d’être donné à tout un environnement très apprécié par les utilisateurs des engins au catalogue de la marque. « Mitsubishi Motors Corporation, lors de sa réunion du conseil d’administration du 27 juillet 2020, a décidé de geler l’introduction de nouveaux modèles sur le marché européen », peut-on lire dans un bref communiqué sans fioritures.

Le document précise que les ventes des modèles existants se poursuivront. De même que les ateliers pour l’entretien et le SAV resteront ouverts.

Comme tous les constructeurs, Mitsubishi a été ébranlé par l’actuelle crise sanitaire mondiale dans un contexte déjà peu favorable pour lui dans certaines régions du monde. D’où un recentrage de son activité vers les territoires où son offre se montre plus compétitive et appréciée. En Asie principalement, zone Anase.

Un plan a été décidé.  Nommé « Small but Beautiful » (Petit mais magnifique) et étalé sur trois ans, il vise à améliorer la rentabilité de l’entreprise. Il s’appuie sur des collaborations serrées avec les autres membres de l’Alliance que sont Nissan et Renault, notamment pour produire des utilitaires et ces petites voitures japonaises connues comme Kei-cars.

Avis de l'auteur

Pour tout le réseau européen de Mitsubishi, l’annonce d’un recentrage mettant de côté l’Europe a fait l’effet d’une bombe. C’est la consternation chez les concessionnaires en particulier qui comprennent très bien que cette stratégie signe la mort de la marque sur le territoire.

Bien sûr, les modèles en production sont toujours commercialisés. Lorsque le nouvel Outlander PHEV sera lancé par la marque dans le courant de l’année prochaine, cet hybride rechargeable ne sera donc vraisemblablement plus proposé en neuf dans l’Hexagone. Petit à petit la gamme au catalogue se réduira. Les automobilistes français ne pourront donc pas, a priori, accéder au futur Eclipse Cross PHEV.

Les concessionnaires ne vont pas continuer à supporter une marque qui ne leur offre pas de perspectives de développement. Ils l’abandonneront assez rapidement. Beaucoup distribuent déjà des modèles d’autres constructeurs. La concurrence chinoise (BYD, Aiways, Byton, etc.) qui frappe aux portes de l’Europe pourrait bien y trouver un berceau d’implantation très porteur.

Il n’est pas impossible que ce soit tout un pan du réseau qui se mobilise dans un programme gagnant-gagnant : faire fructifier une structure déjà en place pour les uns, profiter d’un réseau tout prêt pour les autres.

Par effet collatéral, avec Nissan qui passe au Combo CCS pour l’Europe, le standard CHAdeMO est de plus en plus en difficulté dans cette partie du monde.