La nouvelle n’est pas encore officielle, mais il semble que les Hauts-de-France tiennent la corde pour accueillir la gigafactory française prévue dans le cadre de l’Airbus des batteries. C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre Xavier Bertrand, son président lors de la récente séance plénière du conseil régional. A la clé : 2500 emplois.

Il était d’ores-et-déjà acquis que la gigafactory française de fabrication de cellules (celle qui pourra être subsidiée dans le cadre du projet européen d’Airbus des batteries), sera construite et exploitée par un consortium mené conjointement pas PSA et Saft (filiale de Total). Pour sa localisation, plusieurs régions étaient sur les rangs dont le Grand Est avec le site de PSA à Trémery en Moselle ainsi que la Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, sa présidente espérant voir cette usine s’installer à Sochaux, berceau historique de Peugeot.

Mais si le groupe PSA refuse pour l’instant toute confirmation, précisant que la décision officielle ne sera prise que début 2020, il apparaît aujourd’hui que le constructeur est entré en négociation exclusive avec les Hauts-de-France en vue d’implanter la gigafactory à Douvrin, près de Lens, dans le Pas-de-Calais. « Douvrin est le premier choix de PSA pour ce grand projet industriel », a dévoilé Xavier Bertrand, président de la Région

La nouvelle entreprise se situerait dans le périmètre de l’usine de moteurs de la Française de mécanique, filiale à 100 % de PSA. Trois bâtiments y ont été libérés de toute production, et un quatrième livre ses derniers moteurs à Renault ce mois-ci avant d’être abandonné. Quatre halls vides posés sur 40 hectares seraient donc susceptibles d’accueillir la fabrication des cellules de batteries.



Lors de la dernière séance plénière du conseil régional, les élus des Hauts de France ont voté une délibération de soutien à ce projet intitulé ACC (Automotive Cells Company). Sur les 2,2 milliards d’euros que nécessitera la construction de l’usine, la Région et les collectivités locales concernées sont prêtes à mobiliser 121 millions d’euros, dont 80 alloués par la Région et 41 par la communauté d’agglomération de Lens-Liévin, le Siziaf et la communauté d’agglomération de Béthune-Bruay.

D’une capacité prévue de 24 GWh, cette gigafactory devrait permettre la création de 2.500 emplois et entrer en production en 2023, le début des travaux étant planifié en 2021.