Le SUV américain complète son catalogue électrifié en apportant une motorisation hybride essence inédite « Kuga 2.5 Duratec FHEV » de 200 ch, à partir de 37 000 euros.

Si l’électrique n’est pas au programme, réservé au Mustang Mach-E, le Ford Kuga épouse toutes les formes d’hybridation. À son lancement, la troisième génération privilégiait l’hybride rechargeable (PHEV) et le microhybride diesel (mHEV). Pour cet automne, l’hybride classique ou « full hybride » essence s’intercale.

Ce moteur hybride épouse le moteur essence 4 cylindres 2,5 litres Duratec et un bloc électrique. La puissance totale au cumul est de 200 ch, au travers d’une boîte variable continue eCVT. Deux versions coexistent, avec le 2 roues motrices et le 4 roues motrices I-AWD.

Leur consommation de carburant serait en moyenne de 5,5 à 5,9 l/100 km selon modèle, les rejets de CO2 allant de 125 à 136 g/km. L’appétit est ainsi réduit d’environ 15 % par rapport au moteur essence 150 chevaux. Ford ne donne pas encore tous les détails, notamment de performances ou de la batterie embarquée.

À partir de 37 000 €

Ce Kuga 2.5 Duratec 200 ch FHEV accueille les mêmes finitions que ses homologues rechargeables ou thermiques. Il dispose de 5 niveaux, dont le plus accessible Titanium dès 37 000 €, et jusqu’à 44 000 € sur le haut de gamme Vignale. Pour la version 4 roues motrices, comptez 2 000 € de plus. Ces deux modèles ne sont pas encore au configurateur officiel, mais Ford devrait les ajouter très rapidement.

Avec cette nouvelle motorisation, le Ford Kuga hybride vise des rivaux comme les Toyota RAV4, Hyundai Tucson et Honda CR-V Hybrid.