C’est ce que proposent 2 scientifiques de l’Institut de technologie de Karlsruhe, actuellement occupés à développer une installation d’essai avec des partenaires industriels.

Leur méthode consiste à profiter du passage dans les centrales géothermiques des eaux profondes du fossé rhénan supérieur pour en extraire le lithium. Ce matériau aujourd’hui indispensable à la fabrication des batteries des véhicules électriques serait ici présent jusqu’à une concentration de 200 milligrammes par litre.

Contrairement au processus utilisé dans les lacs salés d’Amérique du Sud qui exige plusieurs mois pour obtenir cette matière, quelques heures suffiraient en employant la méthode mise au point par Jens Grimmer et Florencia Saravia.

Les 2 scientifiques du Kit ont déposé un brevet pour un processus qui se déroule en 2 étapes. Filtration de l’eau thermale pour recueillir les ions lithium, accumulation de cet élément jusqu’à ce qu’il puisse être précipité sous forme de sel.



En traitant les 2 milliards de litres d’eau du Rhin qui transitent chaque année par les centrales géothermiques, ce sont des centaines de tonnes de lithium qui pourraient être extraites de façon rentable et sans effets négatifs sur l’environnement dans chacune d’elles. « Si nous exploitions pleinement ce potentiel, nous pourrions couvrir une part considérable de la demande allemande », assure Jens Grimmer.

La proposition des 2 scientifiques de l’Institut de technologie de Karlsruhe enchaîne les avantages : pas besoins de construire des bâtiments spécifiques puisque l’extraction s’effectuerait au niveau des centrales dont le fonctionnement ne serait pas altéré, pas de terrains mobilisés et/ou ruinés par l’opération, pas de libération de substance nocive, pas de perte d’eau puisque le circuit déjà en place la renvoie dans le sous-sol, rapidité d’extraction, bilan carbone très léger, création d’emplois, réduction de la dépendance géopolitique, etc.

En outre le procédé permet également d’extraire de l’eau thermale d’autres composants tels que le rubidium et le césium.

Si l’installation d’essai en cours de construction dans une des centrales du fossé rhénan supérieur donne les résultats espérés, suivrait la mise en place d’une usine d’extraction à grande échelle.