Selon la Commission Européenne, les trois constructeurs pourraient s'être accordés pour limiter le développement de technologies favorables à la réduction des émissions polluantes.

Entre 2006 et 2014, BMW, Daimler et Volkswagen pourraient avoir enfreint les règles de la concurrence afin de déroger au développement de technologies moins polluantes. La Commission Européenne leur a remis le 5 avril un communication des griefs afin qu’ils répondent à ses conclusions préliminaires. L’institution les soupçonne de s’être accordés pour « que les consommateurs européens se [voient] refuser la possibilité d’acheter des voitures dotées des meilleures technologies disponibles ».

Dans un communiqué, la Commission précise que cette enquête concerne seulement le droit de la concurrence et non pas d’éventuelles infractions à la législation sur l’environnement. Elle n’a donc pas de lien avec le « dieselgate », qui accuse plusieurs constructeurs de trucages des tests sur les émissions polluantes des véhicules diesel.

Publicité


Publicité