Better place Israel

La société Better Place traverse en ce moment une période délicate, entre ventes décevantes, problèmes financiers et instabilité de son équipe dirigeante.

Better Place est le créateur d’un système de stations d’échanges de batteries pour voitures électriques, en place en Australie, au Danemark et en Israël, d’où la société est originaire. L’entreprise commercialise des voitures électriques Renault avec un abonnement qui permet aux automobilistes d’accéder aux infrastructures de Better Place pour la recharge ou l’échange de batteries.

La dernière déconvenue en date pour l’entreprise est le départ du PDG de sa division israëlienne, Moshe Kaplinksy. Celle-ci est due à des désaccords avec le président Idan Ofer et le PDG de la société Evan Thornley, si l’on en croit le journal israélien Haaretz. Ce départ fait suite à celui de Shai Aghassi, créateur de Better Place et ancien PDG, il y a de cela à peine un mois.

De plus, la société a enregistré des résultats décevants qui peuvent expliquer le départ d’Aghassi. Les ventes en Israël sont décevantes : seulement 490 Renault Fluence ZE y ont été vendues par la société. Ainsi, l’objectif de 4 000 utilisateurs en juin 2013 que Better Place avait fixé paraît aujourd’hui inaccessible. La compagnie enregistre en outre des pertes de près d’un demi-milliard de dollars à l’heure actuelle, et un contrat avec Renault portant sur 100 000 voitures doit être renégocié. La situation de Better Place est donc pour le moins délicate…

Publicité


Publicité