L’Akka Smart Bertone Concept 2019

Souhaitant exposer ses solutions automobiles, Akka Technologies présente un démonstrateur citadin sportif peaufiné visuellement par sa filiale Bertone, sur la base d’une Smart EQ Fortwo. Un prototype que nous avons eu l’occasion d’essayer un court instant.

Vous avez sans doute entendu parlé d’Akka Technologies, si vous avez une affinité avec l’aéronautique, ou via la voiture autonome. En 2015, l’entreprise française présentait la troisième itération de son véhicule sans chauffeur, de niveau 4, un petit salon roulant que l’on pouvait piloter. En 2019, Akka revient sur le thème de l’automobile avec un nouveau prototype, la Smart Bertone.

Puissance équivalente à une Cayman S

À la base, tout est parti du concept Renault Twizy F1 avec son KERS. Le directeur du projet Jean-Philippe Banquet s’en est inspiré pour la profonde modification d’une Smart EQ Fortwo. Désormais multinationale, Akka Technologies a marié ses équipes pour concocter un ensemble homogène.

Le style a été confié à la filiale italienne Bertone – rachetée en 2017 – l’ingénierie est allemande, la partie numérique et liaisons au sol étant opérée par la branche française. Au terme de 9 mois de développement, l’Akka Smart Bertone était née.

Techniquement, la petite urbaine a gardé son petit moteur arrière électrique. En complément, Akka a apporté des moteurs-roues avant signés Elaphe, solution peu diffusée mais mature. Ils sont alimentés par des batteries maison dans le coffre, avec contrôleurs Emsiso. Un des défis fut de renforcer les trains roulants, tout en remplaçant les suspensions par des éléments KW. Au total, la petite brute allemande passe de 82 à 280 chevaux, pour un couple « camionnesque » de 2.300 Nm.

Extérieurement et afin de ne pas rester qu’un concept technique, Bertone a pris la main du design pour créer une atmosphère plus émotionnelle. Un nouveau bouclier avant façon AMG avec lame et des déflecteurs additionnels apparaissent tandis qu’un aileron vient amener un appui arrière supplémentaire à l’arrière.

Vous aurez noté les hanches et épaules élargies. Non seulement pour accueillir les larges roues (205/40), mais aussi pour asseoir une allure menaçante. L’intérieur est lui quasi identique à la livrée bicolore près, et au nouveau système de contrôle du moteur.

Sur la route

Abouti techniquement et rhabillé pour l’occasion, la Smart Bertone est aussi un vrai démonstrateur roulant. Nous avons ainsi pu prendre le volant de la petite survoltée un court instant, de quoi juger le travail accompli. Silence à bord, nous ne notons qu’un petit sifflement rappelant que la machine est aussi puissante qu’une Formule E.

Une fois le mode 100% Boost activé – l’un des 4 profils créées par Akka – et la boîte Drive enclenchée, le coup d’accélérateur est phénoménal. L’action combinée du couple électrique immédiat, des 4 roues motrices et des pneus Pirelli P Zero Nero colle au siège. Le 0 à 100 km/h est expédié en 5,2 secondes. La Fortwo Brabus, présente pour faire office de référence, ne peut suivre…

Plus bluffant que les performances inhérentes à l’électrique, la direction hyper précise et le comportement très sain nous ont marqué. Les moteurs roues et le renforcement de l’axe avant ont pu partiellement compenser les 100 kilos de batteries ajoutées à l’arrière.

Autre solution originale, la taille des roues de 17 pouces à l’avant et 18 à l’arrière, façon Porsche pour légèrement diriger l’inertie sur l’avant.

Les suspensions KW aux réglages sport – c’est un modèle quasi de course – font le job, et se révèlent très rigides pour certains revêtements. Oubliez les pavés de la Place de la Concorde, mais la Smart Bertone est parfaitement à l’aise sur une départementale.

Enfin, l’autonomie est équivalente à une Smart EQ, soit 150 km maximum. Une valeur normalisée qui diminue à vue d’œil avec les modes 100% Boost et 100% Race. Les deux autres modes sont plus sages, mais toujours plus percutants que le plus dynamique des modes d’une Nissan Leaf ou d’une ZOE.

Et l’avenir ?

En parallèle de cette Smart Bertone, une évolution à 4 moteurs-roues est déjà sur les rails. Akka nous a présenté ce futur démonstrateur en réalité augmentée via le casque Hololens. Ici, les batteries similaire à une Tesla Model S (Panasonic), remplissent le plancher et non plus le coffre. Moins puissant mais plus civile, cette Smart Bertone 2.0 pourrait être l’un des prochains démonstrateurs d’Akka Technologies.

Bien que collaborant avec Renault, Daimler ou Volkswagen, le groupe veut aller plus loin. « Nous allons multiplier les prototypes » assure Jean-Frank Ricci, directeur général délégué, afin d’exposer les différentes solutions automobiles et attirer de nouveaux clients.

Les ambitions sont grandes, avec par exemple la mutation de Bertone en Allemagne pour « la faire renaître avec les technologies de demain ». L’occasion aussi de se rapprocher du centre névralgique automobile européen.

Pour conclure, Akka reste très ancré dans les véhicules autonomes, pendant que le groupe PSA freine au niveau 3. La société fait le chemin inverse et nous a reconfirmé son développement de solutions pour des automobiles autonomes de niveau 5.

Akka Smart Bertone : au volant de la citadine survoltée
3.9 (77.69%) 26 vote[s]