Interrogé par le quotidien économique Nikkei, Carlos Ghosn a indiqué que la stratégie de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi reposait désormais davantage sur le développement de voitures électriques abordables plutôt que sur une augmentation significative de l’autonomie.

Alors que la plupart des constructeurs s’orientent vers le développement de modèles toujours plus performants en termes d’autonomie, Carlos Ghosn estime qu’il est désormais de s’intéresser à un frein tout aussi important : le prix d’achat.

Lors d’un événement dédié à la presse organisé à Hong Kong à la fin du mois d’avril, le président de l’Alliance Nissan-Renault-Mitsubishi a estimé que la problématique d’autonomie était désormais réglée pour une grande partie des utilisateurs. « Nous avons vu que les consommateurs ne parlent plus de portée ou d’autonomie tant que vous garantissez plus de 300 km », a-t-il déclaré, rappelant que la plupart des conducteurs parcourent en moyenne 50 km par jour.

« Pour le marché chinois en particulier, le prix est maintenant la question clé » a-t-il déclaré. « Quand vous regardez les voitures électriques chinoises qui se vendent, ce sont des voitures très, très abordables » a-t-il ajouté, estimant que le prix de la Leaf n’était pas adapté au marché chinois. D’où la présentation à Pékin de la nouvelle Sylphy électrique, une berline spécialement développée pour les besoins du marché chinois.

Conçue pour le marché chinois, la Nissan Sylphy électrique a été présentée fin avril lors du salon de l’automobile de Pékin

Une stratégie qui pourrait également être adaptée en Europe. On sait déjà que Dacia réfléchit à la commercialisation de modèles électriques.

Quant à Renault, il pourrait tenter de s’aventurer sur de plus petits segments comme celui de la Twingo. Une transition qui ne serait pas compliquée pour la marque au losange puisqu’il s’agirait d’y adapter les technologies déjà utilisées à bord des Smart électriques. Pour rappel, celles-ci partagent la même plateforme que la Twingo avec des moteurs électriques directement fournis par Renault et fabriqués au sein de son usine normande de Cléon. Sans tenter d’égaler ou de cannibaliser la Zoé, le pack batteries pourrait alors s’aventurer vers les 200 km d’autonomie. Un bon compromis entre prix et performances. Peut-être aurons nous des nouvelles début octobre au Mondial de l’Automobile de Paris

Voiture électrique : pour Carlos Ghosn, le prix prime sur l’autonomie
5 (100%) 13 votes