XEV LSEV : une mystérieuse voiture électrique imprimée en 3D


Publicité

Un ovni pourrait bientôt entrer sur le marché du véhicule électrique chinois. Imprimée en 3D, la micro-citadine du très discret constructeur italien X Electrical Vehicle (XEV) serait prête pour entrer en production d’ici avril 2019.

On ne sait presque rien du véhicule, mais 7 .000 commandes auraient déjà été passées selon les dirigeants chinois du constructeur italien XEV. Des entreprises et services postaux seraient donc séduits par la LSEV, une micro-citadine à mi-chemin entre le Twizy et la Smart et partiellement imprimée en 3D.

L’impression 3D moins chère et plus flexible

Le véhicule disposerait d’une autonomie de 150 kilomètres pour une vitesse maximale de 70 km/h. Grâce à l’impression en trois dimensions de la carrosserie, la LSEV ne pèserait que 450 kg et afficherait un tarif de 7.700 euros. Pour y parvenir, l’entreprise s’est notamment associée au spécialiste des matériaux Polymaker pour perfectionner la matière première : le nylon.

L’impression 3D permettrait à l’entreprise de réduire ses coûts d’investissement de 70% et de démarrer rapidement la production. Le constructeur affirme également que cette méthode lui permet de n’avoir plus que 57 composants à assembler au lieu de 2.000. Seul le châssis, les sièges, les vitrages et naturellement le groupe motopropulseur et batterie ne sont pas imprimés.

Objectif : imprimer 500 véhicules par an

XEV, par ailleurs inexistant sur le web, affirme être prêt pour démarrer la production d’ici le deuxième trimestre 2019. Le constructeur serait en attente d’une licence de production, obligatoire en Chine, qui lui permettrait de lancer une ligne capable d’imprimer et d’assembler 500 véhicules par an. Une nouvelle réglementation locale sur les véhicules légers devrait cependant faciliter la délivrance de licences et débloquer le projet du fabricant italo-chinois.

Un prototype de la LSEV est actuellement exposé au Musée de la culture de l’impression 3D à Shanghai et sera présent sur un stand du salon de Pékin le mois prochain. Déjà employée sur certains projets de véhicules comme la navette autonome Olli et la moto Divergent, l’impression 3D pourrait bien séduire de plus en plus de constructeurs.


Publicité
Publicité

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Copyright © 2020 Automobile Propre - Tous droits réservés Mentions légales Site édité par Saabre