Poursuivant ses réflexions autour de la refonte de la prime à la casse, le gouvernement souhaite mettre à contribution les constructeurs pour apporter un financement complémentaire au dispositif pour l’achat d’une voiture électrique ou hybride rechargeable.  

Réunis ce lundi 29 octobre à Bercy, Renault, PSA, Toyota, BMW, Ford, Kia Motors et Mazda ont été invités à participer aux efforts de l’Etat en matière de transition énergétique en apportant une « surprime » en cas d’acquisition d’un véhicule électrique, hybride rechargeable ou faiblement émetteur en CO2.

Jusqu’à 5.000 euros pour l’électrique ?

Pour le gouvernement, qui compte élargir l’an prochain la portée de la prime à la conversion, le but serait de parvenir à doubler les montants actuels.

Pour l’achat d’une voiture électrique neuve, le montant versé par l’Etat s’élève aujourd’hui à 2500 euros, sans condition de revenus, sous réserve de mise à la casse d’un véhicule essence antérieur à 1997 ou d’un diesel d’avant 2001 (2006 pour les ménages non imposables).

Si les constructeurs s’engagent à jouer le jeu, le montant total de la prime à la conversion, surprime comprise, pourrait donc grimper à 5000 euros. En y ajoutant les 6000 euros du bonus, qui devrait être reconduit à l’identique l’an prochain, on aboutirait à une aide globale de 11.000 euros en cas de mise à la casse d’un vieux véhicule.

Décision d’ici fin novembre

Si le Ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, assure avoir reçu un accueil favorable des constructeurs invités à Bercy, aucune décision ne sera prise avant la fin du mois de novembre. Le temps d’entamer des discussions plus larges avec les constructeurs mais aussi de quantifier plus précisément les impacts liés à la mise en place de telles mesures. Une concertation qui s’annonce délicate tant les choix technologiques peuvent varier d’un constructeur à l’autre…

Voiture électrique : une prime à la conversion doublée en 2019 ?
3.9 (78.46%) 39 votes