Voiture électrique, le grand retour des sportives (si, si) !


Porsche Mission R

Vous pensiez que l’avènement de l’électrique signait la fin des sportives ? Nous aussi. Eh bien non en fait, et c’est une bonne nouvelle.

Publicité

Alors que tous les constructeurs déployant leurs gammes électriques semblent s’orienter vers une offre essentiellement composée de SUV, de SUV et sinon de SUV (quand ce ne sont pas des SUV), nous étions les premiers à penser que l’électromobilité sonnerait le glas des petites ou grandes sportives. Sachant d’une part qu’une vulgaire berline compacte américaine fait mieux qu’une Porsche 911 en accélération et en reprises, et que d’autre part les temps sont à la sobriété environnementale et au véhicule fonctionnel, il nous paraissait logique et inexorable que les sportives soient les premières victimes collatérales de ce grand mouvement zéro émission. Un raisonnement qui tenait compte également d’un élément fondamental en matière de sportivité, le poids et son corollaire, l’encombrement.

Il semblerait que nous (je) nous soyons trompés, et c’est plutôt une bonne nouvelle. De fait, le plaisir automobile ne disparaitra peut-être pas avec l’électromobilité. Il pourrait au contraire retrouver une nouvelle jeunesse, tant les projets de coupés sportifs semblent finalement se bousculer depuis quelques mois dans les bureaux d’étude des constructeurs.

L’occasion de faire un petit point sur les forces en présence, et sur les sorties prévues dans les années à venir, disons entre 2025 et 2030 pour être un peu large.

Mais tout d’abord il convient de s’entendre sur la notion même de voiture de sport. Dans l’esprit, il ne s’agit pas d’une berline « sportive » (Porsche Taycan, Tesla Model 3 Performance…), mais d’une auto dont l’architecture est entièrement dédiée à la performance, à l’efficacité, au plaisir lié à une certaine exclusivité. Il s’agit donc obligatoirement d’un coupé 2 (ou 3) portes 2 places (ou à la rigueur 2+2), propulsion ou intégrale, avec si possible moteur central arrière. L’électrique bousculera probablement cette dernière notion avec ses moteurs intégrés dans les trains roulants, mais pas forcément le mode de transmission.

N. B. : il n’y a pas d’illustrations dans cet article, car nous parlons de projets qui pour la plupart n’ont pas encore vu le jour, et que nous ne sommes pas adeptes des projections 3D photoshopées vues ici où là, qui n’ont généralement pas grand-chose à voir avec la réalité. Nous vous laissons le soin de vous faire une idée (ou pas) avec votre moteur de recherche préféré ou en cliquant sur les quelques liens contenus dans l’article. Ou de faire travailler votre propre imagination.

Porsche 714 Cayman

Après le Taycan sorti en 2020 (déjà !) et le Macan EV prévu pour 2023, le coupé sportif à moteur central, référence sur le marché de la pure voiture de sport thermique, sera la troisième itération de la marque de Stuttgart dans le tout électrique. Il est donc acquis que la prochaine version du Cayman sera 100 % électrique. On n’en sait pas beaucoup plus pour le moment, si ce n’est que ce dernier sera certainement dérivé du prototype de piste Mission R, appelé à remplacer les GT de course actuelles. Porsche n’y va pas par quatre chemins avec l’électrification de sa gamme Cayman/Boxster puisqu’un investissement de 500 millions d’euros a été consenti dans son usine historique de Zuffenhausen pour le développement de ces modèles.

Toyota MR2 (ou MR en France)

Connue dans les années 80/90 comme la « petite Ferrari » dans sa livrée rouge ou jaune avec ses deux places et son vigoureux moteur central, cette berlinette a fait le bonheur des amateurs de balades à sensations, qui aimaient musarder aux commandes d’un petit bolide très rarement vu sur nos routes sans se priver de mettre le pied dedans de temps en temps. Il se dit du côté de Toyota qu’une version électrique de la mythique MR serait dans les cartons. Espérons qu’elle reprenne l’ADN de son aînée, dont le compromis confort/performances a séduit de nombreux amateurs.

Lexus MFA

J’ai personnellement découvert cet engin extra-terrestre lors du festival de Goodwood il y a quelques années, et je ne me suis jamais vraiment remis du son qu’émettait son V10 en territoire so British, ni de sa ligne de missile sol-sol. Un traumatisme qui me fait espérer que ce projet d’une MFA électrique voie vraiment le jour… un jour. D’ailleurs, il ne devrait pas être très difficile pour les ingénieurs maison de reproduire le son du moteur thermique d’origine, puisque celui-ci s’approchait déjà davantage de celui d’une fusée que de celui d’une fumante.

MG Cyberster

En dehors de l’Angleterre et de ses berlines, MG fut surtout connu par ici dans les années 60/70 grâce à ses petits roadsters MGB qui incarnaient tellement le British way of life et qui font la joie aujourd’hui des collectionneurs à casquette en tweed. Depuis que la marque a été reprise par le géant chinois SAIC Motor, elle est repartie d’une feuille blanche et propose avec un certain succès des SUV et même un break à tarifs « abordables » pour des électriques, en regard de leurs prestations. Mais bien sûr, l’amateur attend aussi de revoir un jour un petit roadster en version électrique dans nos vertes campagnes. Il semblerait que MG travaille effectivement sur un tel modèle, le MG Cyberster, et même, que le projet soit déjà dans une phase assez avancée. Préparez vos casquettes.

Lotus Type 135

Symbole de la voiture de sport légère et agile, Lotus semblait bien mal parti pour les puristes dans sa première excursion électrique avec son SUV Eletre. Mais le constructeur britannique n’avait pas dit son dernier mot, et aurait dans ses projets – en partenariat avec Alpine – une version électrique de la Lotus Esprit, la plus emblématique pour certains, notamment chez les adeptes de James Bond.

Alpine

Ce qui nous amène à Alpine. Ce n’est plus un secret pour personne, le constructeur français prépare une gamme de voitures électriques, et parmi elles très probablement une déclinaison à piles de sa célèbre berlinette. Son rapport poids/autonomie sera certainement bien moins favorable que celui de la version thermique, mais un petit 250 chevaux pour 300 kilomètres de rayon d’action dans moins de 1 500 kilos pourrait probablement en séduire plus d’un. Pures conjectures personnelles, mais on ne devrait pas être très loin de cette équation au final.

Tesla Roadster 2

Nous en avons parlé récemment en la remisant un peu arbitrairement au cimetière de l’électrique, mais elle verra probablement le jour, quelque part entre 2025 et 2045. Si d’autres n’ont pas pris la place et fait mieux d’ici là, le Roadster Tesla version 2 représentera certainement alors ce qui se fait de mieux et de plus radical en matière de puissance, de performances, de technologie et d’autonomie puisque l’on parle de 1 000 chevaux pour 1 000 kilomètres de rayon d’action et de plus de 400 km/h en pointe. Totalement hors sol donc totalement indispensable. Ne serait-ce que pour faire grincher les grincheux.

Audi R8 e-tron

On évitera le jeu de mots sur le nom, légèrement has been depuis quelques années déjà, pour se concentrer sur la mutation énergétique de ce monstre sacré qui est l’incarnation de l’esprit « premium » et confort Audi mêlé à la perfection à une certaine sauvagerie à l’italienne. On le pressentait depuis qu’Audi avait annoncé que l’intégralité de sa gamme serait électrifiée d’ici 2030, et c’est désormais une certitude : la prochaine génération de la R8 sera 100 % électrique. Quand on a eu l’occasion de conduire sur une bonne distance l’actuelle e-tron RS GT (l’Audi de série la plus puissante de l’histoire de la marque), on se dit que cela ne devrait pas être un challenge trop difficile à réussir pour du fabricant aux anneaux d’Ingolstadt.

Rimac Nevera

La super sportive de tous les superlatifs (près de 2 000 chevaux, dont probablement 1 500 pas très utiles) va rapidement trouver sa place dans le garage des milliardaires de la planète, de la Silicon Valley aux monarchies pétrolières jusque chez les oligarques russ… euh non, pas là, pardon. La Rimac Nevera, qu’on ne verra pas souvent (hum), est désormais une réalité puisqu’elle est homologuée et qu’un premier exemplaire est aux mains de son heureux propriétaire, qui n’est autre que son créateur. Au cas où vous hésiteriez encore entre ça et une Dacia Spring, d’autres suivent. Patience, votre tour viendra.

DeLorean Alpha5

C’est probablement la plus atypique de la liste, notamment avec ses deux portes à ouverture papillon (donc une deux portes), mais ses quatre vraies places, éléments qui la classent dans une catégorie un peu à part entre berline et coupé. Cela étant, la nouvelle version de cet engin rendu mythique par la magie du grand écran, dessinée elle aussi comme sa prestigieuse ascendante la DMC-12 par le studio ItalDesign reste une superbe pièce d’orfèvrerie embarquant une batterie de 100 kWh permettant une autonomie théorique de 483 km. On ne connait pas son autonomie de voyage dans le temps en revanche.

En conclusion

Cet inventaire, plutôt alléchant et qui redonne foi en la passion automobile, devrait continuer à s’étoffer dans les prochains mois avec d’autres marques prestigieuses puisque l’on sait que Ferrari, Lamborghini et même Red Bull devraient largement s’électrifier dans les années à venir. Un marché de niche, certes, mais qui contribue aux marges des constructeurs et à leur image. Profitons-en tant qu’il n’y a pas de malus écologique sur l’électrique…

Publicité


Sur le même sujet

Commentaires

Copyright © 2022 Automobile Propre - Tous droits réservés Mentions légales Site édité par Saabre