parking-vinci

Le leader mondial de la mobilité urbaine a présenté les évolutions à venir pour ses parkings. Elles mettent l’accent sur le service et sur la mobilité durable…

La mobilité dans les villes évolue et les parkings doivent suivre les nouvelles tendances que sont l’arrivée des véhicules électriques, le co-voiturage, l’autopartage, la location de vélos en libre-service ou encore l’utilisation massive des smartphones.



Vinci Park s’efforce d’intégrer ces nouveaux usages et présentait sa nouvelle vision des parkings lors du salon Parkopolis.

Le groupe explique qu’il voit désormais le parking comme un « hub » pour la multi-modalité et a présenté plusieurs évolutions majeures qui vont dans ce sens. Cette démarche est appelée « Open Park ».

« Open Park » intègre 30 nouveaux services qui vont dans le sens de la mobilité, de l’animation de la vie locale et du développement durable. Il y aurait beaucoup de choses à détailler sur ces nouveaux services, mais je vais vous présenter ceux qui sont cohérents avec la thématique d’Automobile Propre.

recharge renault zoe vinci park

Des bornes de recharge pour les voitures électriques

Évidemment, en tant qu’utilisateur d’une voiture électrique, la première chose que j’attends d’un parking c’est de pouvoir y recharger mon véhicule. Vinci a donc prévu d’équiper ses parkings de bornes de recharge pour véhicules électriques.

Ces bornes seront équipées de prises 16A, étant donné que la recharge rapide n’est pas autorisée dans des parkings sous-terrains. Le coût de la recharge sera de 2 € pour la première heure puis 1,5 € de l’heure. Au delà de 6 heures, l’heure de recharge sera gratuite.

Les responsables de Vinci présents à Parkopolis expliquaient que cette tarification serait susceptible d’être ajustée en fonction des retours clients. Pas facile de fixer un tarif qui soit acceptable et qui permette également un retour sur investissement.

L’autopartage et le co-voiturage

Autre point à signaler concernant la recharge des véhicules électriques : le déploiement d’une dizaine de stations Autolib’ directement dans les parkings Vinci au niveau de la capitale.

Vinci Park imagine ses parkings comme des centres d’autopartage : le groupe veut développer des services d’autopartage avec des véhicules électriques, la gestion de flottes en autopartage ou la location de voitures thermiques en autopartage grâce à des partenariats avec des sociétés de location de voitures.



Le parking n’est donc plus nécessairement un lieu où on dépose sa voiture mais aussi un lieu où on va louer une voiture.

Bien entendu, l’autopartage et le co-voiturage vont de pair. Vinci Park proposera donc des services de co-voiturage « dynamiques » pour faciliter les trajets sur des courtes distances : domicile-travail, domicile-centre commercial, etc. Pour cela, le groupe s’appuie sur le savoir-faire de la startup 123envoiture.com.

velos

La location de vélos électriques

Voici une action qui m’a parue très pertinente : proposer la location de vélos à assistance électrique en libre-service. L’usager peut ainsi utiliser un mode transport doux pour une partie de son voyage. Ses vélos sont loués à 4 € de l’heure et il n’est pas nécessaire d’avoir déposé sa voiture pour en louer un.

L’assistance électrique sera particulièrement utile sur ces vélos puisque les usagers devront utiliser le même accès que les voitures pour sortir des parkings…

Des bornes interactives pour faciliter la multi-modalité

Vinci Park a développé quelque chose de très intéressant : un calculateur multi-modal.

Cette borne tactile permet aux usagers de préparer un itinéraire en identifiant les meilleures solutions de déplacement pour leur voyage urbain.

Tram, métro, train, bus, etc… tous les modes de transports sont agrégés dans cette borne tactile qui permet de comparer le coût du trajet mais également les émissions de CO2.

De l’information en temps réel

Vinci Park a fait un gros travail sur ses nouvelles applications mobiles et son nouveau site Internet, notamment sur la disponibilité de l’information en temps réel. Dans le cas du stationnement, c’est stratégique : les utilisateurs passent beaucoup de temps à tourner pour trouver une place de parking.

Avec les applications Vinci Park, il est désormais possible de connaître en temps réel le nombre de places de parking disponibles et de savoir si un parking est saturé. L’automobiliste gagne donc du temps et évite les trajets inutiles. Il est également possible de réserver une place moyennant un surcoût d’une dizaine d’euros.

Un petit regret toutefois : les données en temps réel des parkings ne sont pas en « open-data », ce qui permettrait à des services tiers (comme ChargeMap) de les utiliser pour communiquer de l’information sur l’état des parkings dans leurs applications.

Quelle vitesse de déploiement ?

Voici quelques-unes des nouveautés présentées par Vinci Park qui montrent que le transport de personnes est en train de changer et que les gros acteurs du secteur sont en train de s’y adapter.

Il me tarde désormais de savoir à quelle vitesse ces changements vont s’opérer dans les parkings et si les utilisateurs vont s’emparer de ces nouveaux services…