Think City

Think va mal. La production de la City EV a été suspendue chez Valmet en Finlande. Aux USA, la chaîne de montage Think dans l’Indiana a également été arrêtée.

D’après le journal finlandais Finansavisen, 35 employés ont été mis à pied chez Valmet, et Think dit avoir arrêté la production en raison de problèmes avec la disponibilité de pièces détachées, mais le journal indique qu’il y aurait aussi des problèmes financiers.



À Elkart dans l’Indiana, dans l’usine qui assemble la City EV pour les USA, la production a été arrêtée en raison « du manque de pièces et de châssis venant d’Europe », selon un porte-parole de la firme. L’usine n’a produit qu’une centaine de City EV depuis son ouverture en décembre 2010.

Environ 440 City EV seraient à l’intérieur de l’usine à attendre d’être complétés. Think dit que l’arrêt n’est que temporaire, le temps de résoudre les problèmes d’approvisionnement. Mais il ne resterait plus que 15 employés dans une usine qui était sensée produire 2500 véhicules électriques cette année.

Les problèmes de Think ne sont pas nouveaux. On estime qu’environ 3000 City EV ont été produites au total sur les deux continents, et Think a toujours eu des problèmes financiers. EnerDel, le fabricant américain de batteries lithium-ion, est devenu actionnaire à 49% de Think à force de lui prêter des fonds, et sera bientôt l’actionnaire majoritaire lorsque certains prêts convertibles arriveront à échéance. EnerDel avait d’ailleurs prévenu, il y a plusieurs semaines déjà, qu’il ne livrait plus de batteries à Think en raison de sur-stockage.

Les trois rappels officiels depuis son lancement aux USA n’ont rien fait pour inspirer confiance. Pour l’instant la City EV n’était vendue qu’aux flottes pour $42 000 pièce, et l’entreprise venait d’annoncer une vente aux particuliers à partir de cet été à un nouveau prix de $36 495. Officiellement, Think dit que la distribution continue.

Les autres petits constructeurs électriques américains ne vont pas mieux. Coda vient de dire qu’il lui manquait toujours $80 millions pour lancer sa voiture. Silence complet chez Wheego, Zap et Aptera. On attend toujours les premières Fisker Karma de production. Seul Tesla continue d’inspirer une confiance totale, et le cours de son action bat des records.

Curieusement, Richard Canny, l’ancien CEO de Think (de 2008 à 2010), a récemment publié une chronique sur green.autoblog.com où il défendait l’avantage les petits constructeurs de voitures électriques. Selon lui, le coût des batteries représentait 50% du prix d’un véhicule, l’électronique unique au véhicule électrique représentait un autre 15%, et que les grands constructeurs n’avaient un avantage que sur les 35% restants.

Toujours selon lui, la passion, l’ingéniosité et la souplesse des petits constructeurs leur donnaient un avantage au niveau du développement des batteries et de l’électronique qui plus que compensait l’avantage des grands constructeurs au niveau du châssis et de la production en série.

Les faits semblent lui donner tort. Cependant, espérons pour Think que ses problèmes ne soient que temporaires, et que la production de la City EV puisse reprendre au plus vite.