On croyait l’échange de batteries abandonné par Tesla, mais il semble que ça ne soit pas le cas. La firme de Palo Alto vient en effet de déposer un nouveau brevet aux États-Unis pour un système de battery swap nomade. Un choix de développement étonnant alors que le constructeur propose un réseau de superchargeurs de plus en plus rapide et fiable.

Difficile d’imaginer un retour de Tesla à l’échange de batteries. Pourtant, le constructeur a déposé en mai 2017 un brevet pour un nouveau système de battery swap mobile. Un dispositif transportable sur une remorque routière, opéré manuellement et qui permettrait de changer de pack « en moins de quinze minutes ».

Publicité


Mais pourquoi s’attarder sur un tel système alors que la Tesla Model 3 ne dispose pas d’un pack de batteries facilement démontable et que le réseau de superchargeurs est appelé à devenir de plus en plus rapide ? Au vu des schémas déposés, on peut penser à un système destiné à faciliter le remplacement d’une batterie hors atelier.

L’échange de batteries réservé aux flottes

Un dispositif qui pourrait aussi être facilement installé sur des sites exploitant des flottes. Le CEO de Tesla Elon Musk avait en effet annoncé que son entreprise réserverait l’échange de batteries aux flottes commerciales si elle choisissait de poursuivre dans cette technologie.

« […] le système d’échange de batteries est configuré pour être opéré par un ou plusieurs techniciens, qui superviseront certains paramètres du processus et feront les ajustements appropriés si nécessaire. Par exemple, le système d’échange de batteries peut être installé dans un emplacement reculé (par exemple le long d’une autoroute ou entre deux villes) et un ou plusieurs techniciens peuvent être placés sur site pour opérer le système. Cela peut réduire ou éliminer la nécessité pour le système d’avoir des composants de détection visuelle, qui auraient été indispensables pour aligner le pack de batteries ou d’autres composants. » explique Tesla.

Il est aussi possible que la firme n’utilise jamais cette technologie, et se contente d’un simple dépôt de brevet par précaution. En 2014, Tesla avait déjà dévoilé un système d’échange de batteries automatique opérant en 90 secondes avant de le mettre en sommeil pour se concentrer sur le réseau de superchargeurs.

Publicité