La Nissan LEAF à Strasbourg, devant les institutions européennes

L’un des avantages mis en avant sur la voiture électrique est son silence de fonctionnement et la sensation de « bien-être » qui en résulte. Un confort pour l’utilisateur, mais aussi pour l’environnement.

C’est à l’occasion d’un essai en concession de la Nissan LEAF, dont je vais prendre possession dans une quinzaine de jours, que j’ai eu envie d’écrire cet article. J’ai eu l’impression de redécouvrir les bienfait du silence dans une voiture électrique.

J’ai pu lire à plusieurs reprises que le bruit était la nuisance numéro un pour les français, et je peux tout à fait le comprendre. J’imagine que cela est encore plus vrai lorsqu’on habite en ville ou à proximité d’une voie particulièrement fréquentée par les automobiles. Dès lors, la voiture électrique apporte un double bénéfice : le silence de conduite pour l’utilisateur, et le silence de fonctionnement pour l’entourage de la voiture.

La motorisation de la voiture électrique possède la particularité de ne pas faire de bruit et de ne pas entraîner de vibrations. Cela oblige les constructeurs à soigner tout particulièrement les aspects accoustiques de leurs véhicules. Ainsi, les ingénieurs qui conçoivent ces voitures traquent tous les petits bruits, les grésillements, et même les sons en provenance de l’aérodynamique. Habituellement, ils sont couverts par le bruit du moteur et ne sont donc pas perçus par l’automobiliste. Dans une voiture électrique, tous ces bruits doivent disparaître.

Mais il existe d’autres bruits à faire disparaître ou à atténuer : les bruits de l’environnement extérieur. C’est quelque chose qui m’a marqué lors de mon essai aujourd’hui : en fin de parcours, je me suis garé à proximité d’une station de lavage du concessionnaire, qui faisait beaucoup de bruit. En sortant, j’ai été frappé de voir la différence entre l’habitacle bien insonorisé de la voiture et le bruit extérieur.

Cela confirme donc qu’un utilisateur de véhicule électrique devient aussi plus sensible aux bruits extérieurs ou intérieurs. Le silence d’une voiture électrique est aussi une aubaine pour les mélomanes : il offre des conditions idéales pour écouter sa musique préférée !

Autre chose que je remarque à chaque fois que je roule en voiture électrique, et je pense que c’est dû au silence : j’ai tendance à rouler beaucoup plus « bien-être zen », étant moins « stressé » par le bruit et les vibrations. C’est assez difficile à décrire, mais ceux qui ont testé une voiture électrique savent de quoi je parle !

Reste l’un des points qui fait parfois « polémique » autour de la voiture électrique : l’absence de bruit et le fait que les piétons n’entendent pas le véhicule arriver, avec le risque d’accident que cela peu impliquer. On s’en rend compte très rapidement lorsqu’on roule en centre-ville : les piétons n’ont pas l’habitude qu’une voiture ne fasse pas de bruit. Pour autant, je fais partie de ceux qui considèrent qu’il n’est pas judicieux de « bruiter » les voitures pour cette raison. Je pense que c’est aux piétons mais aussi et surtout aux conducteurs de faire attention. À priori, le problème est le même avec les vélos que l’on n’entend pas arriver, non ? Il serait tellement dommage de rajouter du bruit sur une voiture silencieuse.

Ce silence risque par contre de faire des victimes au niveau des animaux domestiques, et notamment des chats. Ces animaux qui adorent se prélasser sous nos voitures n’auront plus le bruit du démarrage pour fuir. Les conducteurs de voitures électriques devront donc aussi faire attention à cela, en attendant que les constructeurs trouvent une parade

Notez cet article