L’édition 2019 du salon de l’aéronautique du Bourget a été marquée par l’annonce de nombreux modèles hybrides voire électrifiés. Pas attendus avant 2030, ils seront devancés par les taxis volants à décollage vertical.

Voiture, train et même bateau, tous les transports s’électrisent, à l’exception de l’aviation très gourmande en énergie. Les avions ont pourtant tenu à montrer leur « verdissement » au Salon international de l’aéronautique et de l’espace au Bourget (SIAE), près de Paris.

Publicité


2030 au mieux

Chez Airbus, un prototype hybride devrait effectuer son premier vol en 2022. L’Ecopulse, développé avec Safran et Daher, est un petit avion type TBM de 6 places concurrent des jets traditionnels. Autre appareil hybride, l’E-Fan X, est un moyen-courrier sur base BAe 146. Avec l’une des 4 turbines est électrique (2 MW), il projette un premier vol en 2021. À plus long terme, l’entreprise européenne vise « des appareils électriques et hybrides 100 places dans les années 2030 ».

On en a également parlé, une start-up israélienne prévoit mieux. Eviation a présenté un jet Alice totalement électrique, pour une capacité de 9 personnes et une autonomie de 1.000 km.

Chez Wright Electric et EasyJet, on confirme plancher sur un avion moyen-courrier 150 places électrique. Annoncé en 2017, il ne sera pas réalité avant 2030. Après un premier vol expérimental d’un appareil 2 places en 2018, la start-up américaine passera à 9 places cette année.

Enfin, les premiers objets électriques seront les « taxis volants » ou « eVTOL ». Vahana, CityAirbus ou Pop.up Next chez Airbus, Uber Elevate, ou Volocopter, ils visent les villes et des trajets de 50 km environ. Uber devrait être le premier avec une offre commerciale en 2023 aux États-Unis. Ascendance Flight Technologies, start-up française présente au Bourget, a également prévu son modèle Atea pour 2025.

Moins de CO2… par passager

Le Conseil de la recherche aéronautique (Acare) a émis un objectif de réduction drastique du CO2. Moins 75% sont visés en 2050 par rapport à 2000, ainsi que -90% de NOx . Mais nous parlons ici de niveaux par passager et par kilomètre, et non global. Rappel, le nombre de voyageurs double tous les 15 ans (4,4 milliards de passagers en 2018). Ainsi, la part de l’aviation dans les émissions globales de CO2 augmenteraient de 4% aujourd’hui à 20% en 2050.

L’avion électrique Wright/EasyJet, prévu pour 2030

Publicité