Associé à la Métropole Rouen Normandie, Renault vient de lancer une flotte expérimentale de Zoé autonomes à travers un nouveau service de mobilité sur « routes ouvertes  » baptisé Rouen Normandy Autonomous Lab ».

Présenté comme une première européenne, le projet associe le groupe au losange à différents partenaires et repose sur un service de mobilité à la demande mis en place sur routes ouvertes avec des voitures électriques autonomes.



Composée de cinq véhicules, dont 4 Renault Zoé et une navette opérée par Transdev, cette flotte autonome ne pourra pas évoluer seule sur l’intégralité du territoire de la Métropole. Dans un premier temps, elle se concentrera sur une petite boucle autour de la technopole du Madrillet. Une façon de tester le bon fonctionnement du dispositif avant son ouverture au public prévue à partir du printemps 2018 pour une durée de deux ans.

A terme, trois boucles totalisant 10 kilomètres seront proposées avec pas moins de 17 points d’arrêt. Par l’intermédiaire d’une application dédiée disponible sur smartphone, les utilisateurs pourront « appeler » un véhicule en temps réel.

Dans un premier temps, un « opérateur » restera dans la voiture pour s’assurer en permanence du bon fonctionnement du système et des différents capteurs embarqués. Une mise en place des véhicules sans intervention « humaine » est également envisagée « lorsque les solutions techniques auront été éprouvées et les contraintes juridiques levées » avertit le constructeur dans son communiqué.

Financé à hauteur de 25 % par Renault, le projet représente un investissement de 11 millions d’euros. Parmi les autres partenaires du projet figurent Transdev et la Caisse des Dépôts qui apportent 30 % du financement. L’Etat et la métropole de Rouen contribuent à hauteur de 24 % tandis que le reste se réparti entre des financements régionaux, européens et privés.