Avec seulement 15% des ventes, le diesel n’était déjà pas la spécialité de Toyota. Poussé par le désamour grandissant pour ce carburant, le constructeur Japonais a décidé d’en finir en cessant les ventes de voitures particulières au gazole en Europe dès 2018.

« Nous ne développerons plus le diesel pour nos voitures particulières ». Voilà les mots de Johan Van Zyl, le président de Toyota Europe prononcés mardi au salon de Genève. Le constructeur ne vendra plus de voitures diesel « à partir de fin 2018 » en Europe, en conséquence d’une érosion spectaculaire de ses ventes dans ce domaine et d’une « forte demande » pour ses modèles hybrides.



De 30% en 2012, le diesel représentait moins de 10% des ventes en 2017. Il reste cependant maintenu à bord des utilitaires, 4×4 et sur véhicules des marchés hors-Europe. Sur le vieux continent, Toyota est encouragé par l’explosion de ses ventes d’hybrides, son domaine d’expertise historique. Elles ont augmenté de 38% entre 2016 et 2017 et représentent désormais 41 % de ses ventes.

Sur le crossover C-HR, déjà indisponible en diesel, l’hybride a équipé 78% des modèles vendus l’année dernière, selon Toyota. Le constructeur s’apprête désormais à élargir sa gamme de motorisations hybrides en intégrant un nouveau moteur essence 2 litres, plus puissant.