Témoignage d'un utilisateur de voiture GNV

Automobile-Propre a fait une rencontre très intéressante avec un heureux possesseur d’un véhicule équipé au GNV (Gaz Naturel pour Véhicule). Il nous livre son témoignage d’automobiliste respectueux de l’environnement.

Les véhicules qui circulent au GNV sont plutôt rares en France, c’est pour cette raison qu’il nous a semblé important de vous partager cette expérience. Monsieur Hauss roulait déjà au GPL il y a près de 30 ans ! Le fait de passer au Gaz naturel n’a pas été simple, ça a même été un combat et un engagement sur plus de 3 ans.



Son véhicule a été acheté en Suisse, pays où ce carburant est bien implanté et où il existe de nombreuses stations services équipées au GNV. Cette longue et tumultueuse aventure a été plutôt contraignante. Mais c’est sans regrets, car « cela en valait vraiment la peine », tant d’un point de vue financier qu’écologique.

Pour tout savoir sur la vie au quotidien avec un véhicule au GNV, voici le témoignage vidéo de Mr Hauss, que l’on remercie au passage pour le temps qu’il nous a accordé :

Détails du véhicule

Type de véhicule : Ford Maverick 2.3i
Motorisation : bivalent gaz naturel / essence, 150 ch, manuel 5 vitesses

Consommation en mode gaz naturel (cycle mixte) :

  • 11 m3 de gaz / 100 Km
  • Soit équivalent à 7,2 Km de gaz / 100 Km
  • Soit équivalent à 10,5 litres équivalent essence / 100 Km

Consommation en mode essence :

  • Cycle mixte : 9,9 litres / 100 Km
  • Cycle extra-urbain : 8,2 litres / 100 Km
  • Cycle urbain : 12,9 litres / 100Km.

Précision : Il y a eu des échanges entre l’administration Suisse et Française (service des mines avec la DREAL) pour le changement de carte grise et le problème lié au fait que sur la carte grise, il n’était pas mentionné que le véhicule avait été équipé d’un système au GNV.

L’expérience positive de Mr Hauss reflète un réel potentiel sur le marché des véhicules au GNV. Il est regrettable que les offres ne se développent pas d’avantage car rouler au GNV serait une énorme progression pour lutter contre les pollutions atmosphériques en ville et en régions périurbaine. Qu’en pensez-vous ?