Pourquoi l’autonomie des voitures électriques est un faux problème pour la plupart des gens ?


Dacia Spring et Renault Twingo ZE

Le sondage réalisé par l’Ifop pour le compte d’Alphabet, filiale du groupe BMW, a rappelé que 75 % des Français actifs utilisent toujours une voiture individuelle pour se rendre au travail. Et aussi que la distance moyenne des trajets domicile-entreprise est de 20 kilomètres. Les voitures électriques actuelles, même les citadines, sont très largement compatibles avec ces déplacements quotidiens.

Publicité

Véhicules les plus utilisés pour aller au travail

L’autonomie figure toujours en bonne place parmi les points noirs avancés par de nombreux automobilistes qui craignent de passer à la voiture électrique. Le sondage dont nous avons d’ailleurs déjà parlé indique aussi que 75 % des Français actifs ne voient pas ces véhicules à batterie comme les plus utilisés pour se rendre au travail en 2035.

Ils sont respectivement 30 et 24 % à estimer que les modèles thermiques ou les hybrides seraient encore majoritaires à une date où l’on ne devrait plus trouver dans les concessions des voitures neuves essence ou diesel.

Ces chiffres n’ont rien de choquants. Ils sont tout à fait crédibles, même si l’on imagine bien que, en une douzaine d’années, ils devraient pas mal évoluer. Surtout en raison de la crainte de l’effondrement sur le marché de l’occasion de la valeur de revente des engins fonctionnant avec des produits pétroliers.

Déjà 200 km pour les citadines

Les voitures électriques embarquant des batteries nickel-cadmium et utilisées encore au quotidien il y a une dizaine d’années par les pionniers de l’électromobilité n’offrait qu’une autonomie de l’ordre de 80 km. Elle apparaissait toutefois déjà suffisante aux yeux de ceux qui avaient décidé avant l’heure de rouler branchés, même si l’hiver, c’était plus juste.

Aujourd’hui, les Dacia Spring, Renault Twingo E-Tech, Volkswagen e-Up! 2.0 affichent des chiffres autrement rassurants en cycle mixte WLTP : 230, 190 et 260 km. Ils sont même bien plus élevés l’été en circulant dans les zones urbaines qui correspondent pour beaucoup de Français actifs à celles qu’ils empruntent en partie ou intégralement pour rejoindre leur lieu de travail. L’hiver, l’autonomie reste largement suffisante pour la moins bien dotée s’il fallait effectuer en aller-retour d’une centaine de km.

La plupart des modèles qui appartiennent aux segments supérieurs disposent d’un rayon d’action bien supérieur, qui peut tutoyer les 500 km.

Penser à la recharge sur le lieu de travail

Si les bornes de recharge ne sont pas encore disponibles sur les parkings de toutes les entreprises, on y vient. Le sondage d’Alphabet indique que 7 % des Français actifs utilisent les chargeurs installés sur leur lieu de travail. C’est presque 2 fois plus qu’il y a seulement 2 ans. Disposer d’un tel matériel offre un grand confort à ceux qui en ont besoin, notamment pour les résidents en habitat collectif.

Les cadres et chefs d’entreprise sont de plus en plus séduits par les véhicules électriques des gammes supérieures. Ils deviennent parfois les meilleurs ambassadeurs en interne de l’électromobilité. Au point de prêter parfois à leurs salariés un modèle convaincant pour une journée, un week-end, ou davantage. Histoire justement de se familiariser avec la fameuse question de l’autonomie. Dans ces sociétés, les bornes de recharge ont tendance à se multiplier.

Mais de simples collaborateurs peuvent également faire évoluer les choses, comme quelques électromobilistes que nous avons interviewés par le passé nous l’ont indiqué. Le premier qui arrive en VE à l’entreprise crée souvent la curiosité. Les employeurs sont de plus en plus sollicités par les pouvoirs publics pour faciliter la mobilité de leurs agents. Ces derniers peuvent interroger la direction en ce sens.

Augmentation du prix des carburants

En 2022, l’augmentation du prix des carburants a décidé 32 % des actifs français à modifier leurs habitudes de mobilité par rapport à l’année précédente.

S’ils ont été nombreux à se tourner vers les transports en commun et des engins de mobilité douce, électriques ou non, 74 % des utilisateurs de voitures particulières à motorisation thermique, hybride ou électrique se sentent dans l’impossibilité de changer de mode de déplacement par l’absence de solution alternative dans leurs cas. D’où un report déjà sensible vers les modèles à batterie de la part de ceux qui souhaitent ne plus dépendre des prix des carburants.

Beaucoup hésitent encore. Pourquoi ? Une des raisons est que la voiture qui sert à rejoindre le bureau est utilisée aussi occasionnellement pour des distances plus importantes. Notamment pour les vacances. Derrière la question de l’autonomie, se cache donc souvent celle de l’efficacité du réseau de recharge en France.

Le réseau de recharge pour voyager

Si l’autonomie d’une voiture est généralement un faux problème aujourd’hui pour un usage quotidien, l’accès à la recharge nécessite parfois une étude personnelle approfondie des solutions locales. Pour voyager loin à l’occasion, ça se réfléchit aussi. Il reste des zones encore délicates. Cependant, de véritables couloirs de la recharge rapide ont été créés depuis quelques années.

Avec une citadine électrique d’usage quotidien, il vaudra mieux éviter les autoroutes où la consommation due à la vitesse fera fondre l’autonomie, sauf à être tout doux sur l’accélérateur. Si elle est équipée pour la recharge AC 22 kW, comme la Renault Twingo E-Tech, c’est mieux.

Déjà parce que le tarif pour effectuer le plein en énergie pourra être plus intéressant. Ensuite parce que les bornes compatibles sont nombreuses, même dans les zones rurales. En une heure environ, la batterie pourra retrouver sa pleine capacité énergétique sur ce modèle.

Où recharger au quotidien ?

Rouler en voiture électrique au quotidien suppose tout d’abord un accès facilité à la recharge. Pour beaucoup d’automobilistes, cette opération se réalisera depuis le domicile. Soit de façon simple et immédiate à partir d’une prise domestique disponible dans le garage individuel, avec la possibilité de faire installer plus ou moins rapidement une borne murale. Soit en sollicitant la copropriété pour les résidents en habitat collectif.

Pour les autres, il reste la recharge sur le lieu de travail ou sur les bornes disponibles dans l’espace public. Attention, les tarifs peuvent varier très fortement d’un opérateur à un autre, y compris à l’échelle d’une ville. D’où la nécessité d’effectuer une recherche des solutions de recharge près de chez soi : chargeurs du réseau développé par le syndicat de l’énergie, bornes dans les zones commerciales et sur les parkings des supermarchés, etc.

À lire aussi Voiture électrique, le temps retrouvé

Publicité

Sur le même sujet

Commentaires

Copyright © 2023 Automobile Propre - Tous droits réservés Mentions légales Site édité par Saabre