Après un premier concept révélé l’an dernier, Mercedes présente au salon de Francfort la version de série de son tout nouveau SUV à hydrogène : le Mercedes GLC F-Cell.

Présenté comme « une nouvelle étape sur la voie de la conduite sans émissions« , ce SUV à hydrogène est marqué « EQ Power » en référence au nouveau label électrique lancé par la marque lors du dernier mondial de Paris.



D’un point de vue esthétique, cette version F-Cell reste en tous points identique à un GLC classique. Au delà d’une banquette légèrement surélevée du fait de l’implantation des réservoirs d’hydrogène, cette déclinaison hydrogène se différencie également par des éléments esthétiques spécifiques comme des pare-chocs aux prises d’air élargies et des jantes de 20 pouces optimisées pour l’aérodynamisme. Sur la calandre, les jantes alliage, le bas de caisse ou le pare-choc arrière, des touches de bleu viennent rappeler son appartenance à la famille EQ.

Deux sources d’énergie

Sur l’aspect technique, la version définitive du GLC F-Cell s’avère assez proche du concept initial avec un fonctionnement qu’on pourrait assimiler à un véhicule hybride rechargeable.

Contrairement à la Toyota Mirai, qui utilise l’hydrogène comme seule et unique source d’énergie, le GLC F-Cell s’appuie à la fois sur ses réservoirs à hydrogène – totalisant 4,4 kg de capacité -et sur l’électricité de sa batterie lithium-ion. Fournie par Deutsche Accumotive, celle-ci embarque 13,6 kWh de capacité, dont 9,3 kWh « utilisable ». Rechargeable sur le réseau jusqu’à 7,2 kW, celle-ci autorise jusqu’à 50 km d’autonomie électrique et vient compléter l’énergie fournie par la pile à combustible. Réduite de 30 % par rapport à la précédente génération, cette dernière est pour la première fois implanté en intégralité dans le compartiment moteur. Elle vient alimenter un moteur électrique de 147 kW et 350 Nm autorisant jusqu’à 160 km/h de vitesse maximale.

En mode hybride, Daimler revendique jusqu’à 437 km d’autonomie avec un plein d’hydrogène réalisé en seulement quelques minutes. En termes de consommation d’hydrogène, Daimler annonce une moyenne de 0,97 kg/100 km.

Quatre modes d’entrainement

A l’usage, le conducteur pourra choisir parmi quatre modes d’entrainement :

  • Hybrid qui constitue un mix entre les deux énergies
  • F-Cell qui priorise l’hydrogène et conserve l’énergie emmagasinée dans la batterie pour un usage ultérieur.
  • Battery pour un fonctionnement uniquement à partir de l’énergie stockée dans la batterie
  • Charge pour utiliser la pile à combustible comme « range extender » pour la batterie.

Quel que soit le mode utilisé, le système offre une fonctionnalité de récupération de l’énergie lors des phases de ralentissement et de freinage.

Pré-série

Produit à Brême, sur les mêmes lignes de production que le GLC à propulsion conventionnelle, le GLC F-Cell est présenté comme un produit de pré-série. Son lancement se limitera sans doute aux marchés où l’infrastructure est suffisante comme en Allemagne qui disposera d’une centaine de stations d’ici la fin de l’année prochaine et de 400 à horizon 2023 dans le cadre de son programme H² Mobility.



Sans préciser le coût du véhicule et sa disponibilité, Mercedes indique étudier différents modes de distribution dont une possibilité de location. Affaire à suivre.

Mercedes GLC F-Cell : les images