Entre les aides à l’achat des véhicules électriques et les nouveaux modèles qui arrivent sur le marché, le prix des occasions se retrouve perturbé. Il augmente pour certains modèles, encore récents, sous l’effet de nouveaux accédants à la mobilité branché, mais baisse lourdement pour d’autres. La Nissan Leaf est prise dans ce dernier courant… et pas qu’en France !

Dans le Top 50

Dans son Top 50 des « voitures dont la valeur est en chute libre » sur le marché de l’occasion aux Etats-Unis, BuzzDrives désigne la Nissan Leaf comme « l’une des pires baisses » de sa liste. Elle est la seule voiture 100% électrique à figurer dans ce classement qui fait surtout la part belle aux modèles de luxe.

Le média justifie la présence de la compacte branchée japonaise par une abondance d’exemplaires proposés il y a quelques années à la location longue durée et que le constructeur doit écouler. Un phénomène amplifié par les incitations et remises effectuées par les concessionnaires.

Tout cela, ajouté à la déduction fiscale de 7.500 dollars accordée depuis 2009 aux acheteurs de modèles faiblement polluants, provoque une dépréciation du prix des Leaf d’occasion.

En France aussi

En France, les Nissan Leaf chutent également sur le marché de l’occasion, notamment pour les plus anciennes. Il est désormais possible de trouver, parmi les exemplaires mis en circulation en 2011 ou 2012, avec une batterie de 24 kWh de capacité énergétique, des offres entre 6.500 et moins de 8.000 euros, batterie incluse. Et ce, pour des voitures en très bon état qui n’ont pas forcément plus de 50.000 kilomètres au compteur.

Dans cette fourchette de prix, on dégote plus habituellement des voitures électriques à éviter absolument, sauf raison particulière d’en acheter une, comme les Renault Fluence Z.E. qui connaissent des problèmes de moteur et de batterie, et les Bolloré Bluecar (et dérivés Bluesummer) qui nécessitent une utilisation quasi quotidienne et de les laisser brancher sur le secteur hors de ces plages.

Elles ne sont pas les seules avec location à figurer également dans cette tranche, sauf que les Renault Zoé et Smart Fortwo sont de meilleures affaires. S’ajoutent à cette liste les Peugeot iOn et Citroën C-Zero, disponibles dans cette gamme de prix avec leur batterie, et avec une perte relativement peu importante de leur autonomie.

Les 30 kWh aussi

Avec l’arrivée de la Leaf 2, les anciens modèles équipés de batterie 30 kWh connaissent aussi un certain désintérêt de la part d’électromobiliens qui visent maintenant la nouvelle version en occasion.

Voilà pourquoi les Leaf 30 trouvent preneur dans un délai raisonnable surtout lorsque leur prix descend en dessous des 17.000 euros. Au-dessus d’elles, les Leaf 2 les moins chères, toujours sans location de batterie (exit les exemplaires associés à l’appellation « Flex »), apparaissent déjà à moins de 21.000 euros.

De quoi se décider pour le nouveau modèle, quitte à descendre d’un niveau de finition et à accepter un kilométrage plus élevé de quelques milliers de km à l’année.

Une bonne affaire ?

L’âge des plus anciennes Leaf proposées en occasion tourne autour des 7-8 ans désormais. Une bonne affaire ? Tout dépend du besoin réel en autonomie.

Les batteries lithium-ion s’altèrent aussi avec le temps qui passe. Les modèles de 2011 et 2012 ont donc déjà perdu 20 à 30 km de rayon d’action en moyenne. Un phénomène qui va s’accentuer encore, petit à petit. S’il s’agit d’effectuer de petits déplacements jusqu’à 50 km autour de chez soi, une Leaf 24 kWh à moins de 6.500 euros et en bon état devrait se présenter comme une bonne affaire.

Au-dessus de ces chiffres, il convient de prévoir que dans un délai relativement proche – 2, 3 ou 4 ans -, il faudra faire remplacer la batterie. A quel prix ? La réponse à cette question sera de nature à soutenir, ou pas, les premières Leaf, mais aussi les suivantes, sur le marché de l’occasion.

A ce le sujet, la communication du constructeur n’est pas forcément très accessible, et surtout, elle n’est pas la même partout dans le monde. Au Japon, par exemple, un pack 24 kWh recyclé coûte moins de 2.500 euros. Quand cette offre sera-t-elle disponible en France ?

Modèles récents

Pour celui qui ne cherche pas forcément le nouveau modèle, l’autonomie maximale, le plus haut niveau de finition, et à condition d’être patient, de consulter très régulièrement les annonces, et d’être pugnace et convaincant, la bonne affaire est surtout à réaliser avec un exemplaire de 2017. L’ancienne caisse, mais avec le plus souvent un kilométrage inférieur à 30.000 km.

Une petite négociation devrait permettre de repartir avec une Leaf répondant à ces critères pour 16.000 euros, voire moins. Quoi qu’il en soit, une bonne santé de la Leaf sur le marché de l’occasion branché français assure une meilleure place pour la mouture actuelle.

Les Nissan Leaf chutent sur le marché de l’occasion
3.4 (68.42%) 38 vote[s]