Lepamotor C10

Lepamotor C10

La présence de Leapmotor au salon de Munich signale le lancement d’un plan de développement à l’international pour le petit constructeur chinois. Il présente ses dernières technologies, et son premier véhicule « global », le SUV électrique compact C10.

Face à Nio ou Xpeng, Leapmotor n’est pas le plus connu des petits constructeurs chinois. Après un démarrage poussif en 2019 et 2020 avec l’étrange coupé S01, ses ventes ont décollé grâce à la petite T03, puis le SUV C11. En particulier grâce à sa version avec prolongateur d’autonomie, ce dernier représente désormais près de 70% des immatriculations de la marque. Les ventes sont sur un rythme proche des 15 000 unités mensuelles sur le dernier trimestre. En Chine, le constructeur bénéficie d’une bonne image, particulièrement parce qu’il conçoit la plupart de ses technologies en interne.

Le centre de sa présentation à Munich est d’ailleurs centrée sur la technologie, avec sa nouvelle plateforme Leap3.0. Leapmotor entend en effet se développer non seulement sur la vente de véhicules, mais aussi sur la vente de ses technologies à d’autres constructeurs. Il serait pour le moment en discussion avec Stellantis et Volkswagen.

Une plateforme dernier cri

Cette plateforme Leap 3.0 aligne ainsi des composants de dernière génération dans les différents domaines qui focalisent actuellement l’intérêt des constructeurs automobiles.

Après un passage intermédiaire en Module-to-Chassis sur la C01, les batteries sont ici intégrées à la structure du véhicule en Cell-to-Chassis (CTC). Cette intégration apporte un gain en rigidité, mais aussi en poids ou en hauteur. Ce qui permettra de proposer sur cette base à la fois des SUV ou des berlines plus basses. La tension de 800V dopera la puissance de charge. Mais aucune valeur n’est annoncée pour le moment.

Les nouveaux moteurs refroidis par huile composeront une offre de 170 kW / 231 ch à 250 kW / 340 ch, en propulsion ou 4 roues motrices. Ils intègrent surtout des composants haute tension en carbure de silicium (SiC) et sont vantés pour leur compacité et leur poids réduit (76 kg) et leur efficience (92%).

Le système d’exploitation maison LeapOS pilote les fonctions d’affichage, de communication et de divertissement dans l’habitacle. Il tourne sur le dernier processeur de Qualcomm, le Snapdragon 8295.

Très demandée par les clients chinois, la conduite semi-autonome sera au niveau L2+. La conduite urbaine guidée par la navigation (Navigation on Pilot) avec carte haute définition est dotée de 30 capteurs dont un Lidar et une caméra 8 millions de pixels. Le tout est piloté par un processeur Nvidia Drive Orin SoC (System On Chip) avec une puissance de calcul de 254 TOPS

Tout cet ensemble est basé sur une architecture électronique totalement centralisée. Elle intègre dans un seul cœur central les domaines de cockpit, conduite autonome, propulsion / batterie et châssis. Leapmotor promet des mises à jour OTA (Over the Air) durant cinq ans.

À lire aussi IAA Munich 2023 : quelles seront les nouveautés électriques ?

Des modèles internationaux

Présenté sur le stand au salon de Munich, le Leapmotor C10 repose naturellement sur cette toute nouvelle architecture. Au final, on n’en sait pas beaucoup plus sur ce SUV électrique compact que ce qui est listé dans les caractéristiques de la plateforme. D’une longueur estimée autour de 4,60 m, il serait, selon certains médias chinois, proposé en configuration à 2 ou 3 rangées de sièges.

Leapmotor a également indiqué que cette nouvelle plateforme resterait compatible avec des offres électriques avec ou sans prolongateur d’autonomie. Le C10 devrait donc offrir le choix entre ces deux solutions selon les pays de commercialisation.

Ce C10 est annoncé par le constructeur comme son premier modèle « global ». Il a donc été conçu non pas uniquement pour la Chine comme les T03, C11 ou C01, mais en prenant en considération les exigences des clients d’autres régions. Leapmotor indique vouloir lancer pas moins de 5 modèles mondiaux dans les deux années à venir, en ciblant l’Europe, le secteur Asie-Pacifique, le Moyen-Orient et l’Amérique Latine.