Associant un moteur essence ou diesel à un moteur électrique, les voitures hybrides-rechargeables peuvent rouler une cinquantaine de kilomètres sans émissions polluantes. Mais l’écologie pourrait ne pas être le premier critère qui motive à leur achat

Appelées « PHEV » ou « Plug-in hybrid », les voitures hybrides-rechargeables proposent à ceux qui ne veulent pas faire de compromis tous les avantages de l’électrique et de l’essence. Grande autonomie avec le moteur thermique et conduite sans émissions sur une cinquantaine de kilomètres avec le moteur électrique. Mais encore faut-il les recharger ! En effet, de très nombreux utilisateurs ne rechargent jamais leur véhicule, augmentant ainsi les émissions polluantes au même niveau qu’une voiture thermique classique.

Avantages fiscaux pour les professionnels

Pourquoi alors investir dans une technologie bien plus chère sans profiter de ses fonctionnalités ? L’intérêt résiderait dans les avantages fiscaux. En France, les voitures hybrides-rechargeables sont éligibles à la prime à la conversion de 2500 euros. Dans de nombreuses régions, la carte grise est gratuite ou à bas prix. De plus, les professionnels bénéficient d’une exemption totale de la Taxe sur les véhicules de société (TVS) si elle émet moins de 60g de CO2 par km et limitée à 18 mois entre 60 et 100 g de CO2 par km. Pour comparer, cette taxe représente une somme de 819 euros annuelle pour une Renault Talisman Dci 160ch business intens.

Jamais rechargée, elle consomme autant qu’une thermique

La TVA sur le carburant étant également récupérable, l’opération est intéressante pour les acheteurs professionnels. Au Royaume-Uni où des subventions existent aussi, cette clientèle représente 70% du marché des Plug-in hybrid. Un taux très probablement identique voir supérieur en France. Mais selon une étude menée auprès de 1500 utilisateurs britanniques, les voitures hybrides-rechargeables seraient rarement rechargées. Leur consommation moyenne s’élèverait à 7,2 l/100 km, loin des 1 à 2 l/100 km atteints lorsque le véhicule est systématiquement rechargé.

Un comportement régulièrement évoqué par les constructeurs. Lors d’un essai du Mitsubishi Outlander PHEV, un cadre de la marque nous avait confié avoir reçu un véhicule en service après-vente dont la batterie, jamais rechargée en 40.000 km, n’était plus opérante. Le câble de recharge était encore dans son emballage… Chez Toyota, l’absence de réflexe de recharge et la « lassitude » supposée des utilisateurs est même un argument pour justifier sa timidité dans le créneau des hybrides-rechargeables.

Très faible consommation, même sur autoroute

Regrettable gaspillage d’énergies et de ressources, ce mode d’utilisation n’est toujours pas sanctionné ni limité. Que l’on recharge ou pas la batterie, les avantages fiscaux restent identiques. Régulièrement chargée, la voiture hybride-rechargeable réduit pourtant bel et bien les émissions polluantes. C’est un outil particulièrement pertinent pour les grands rouleurs.

Nous avons par exemple relevé une consommation moyenne de 4,5 litres / 100 km sur un trajet entre Marseille et Lyon sur autoroute à 130 km/h en Hyundai Ioniq Plug-in. Partis batterie pleine, le véhicule est resté en mode électrique dans les deux agglomérations puis en hybride-essence sur l’autoroute, expliquant ainsi cette grande sobriété. L’intérêt environnemental n’est donc pas négligeable.

Tarif élevé, pas de bonus à l’achat

Les hybrides-rechargeables sont équipées d’une batterie plus petite que les véhicules 100% électriques. Leur capacité est d’environ 10 kWh, offrant selon les modèles de 35 à 60 km d’autonomie zéro émission. Suffisant pour effectuer les aller-retours du quotidien sans polluer que ce soit en milieu urbain ou rural.

Proposée presque exclusivement sur des véhicules haut-de-gamme, la technologie est présente chez de nombreux constructeurs. De la Volkswagen GTE au Mitsubishi Outlander en passant par le Kia Niro Plug-in, il est plutôt facile de trouver une hybride-rechargeable adaptée à ses besoins. Leur tarif reste toutefois élevé, généralement autour de 35.000 euros, et ne bénéfice d’aucun bonus écologique à l’achat autre que la prime à la conversion.