Afin de réduire son impact carbone sur l’environnement, l’entreprise spécialisée dans la location de matériel a mis en place en interne le programme Driv’Eko. Cette feuille de route vise à rendre plus vertueuses ses flottes de véhicules, depuis les voitures de service jusqu’aux tracteurs routiers de forts tonnages.

Quelques chiffres

« Le transport est un gros point carbone chez Kiloutou, notre activité nécessitant la livraison de matériel », commente Jean-Luc Benoît, responsable des opérations et méthodes Transport.

Les effectifs de l’entreprise comptent 3.677 postes en équivalent temps plein, sur chacun desquels repose annuellement l’émission de 256 tonnes éqCO2. Les poids lourds représentent 71 % de la consommation en carburants, contre 18 % pour les utilitaires et 11 % pour les véhicules légers.



Si les technologies hybrides et électriques débarquent pour ces derniers chez Kiloutou, le gaz naturel (GNC et GNL) est la solution retenue actuellement pour alimenter les moteurs des poids lourds. « C’est un grand pas en avant pour nous », mesure notre interlocuteur.

Démarche RSE

A travers sa démarche RSE (Responsabilité sociétal des entreprises) qui intègre le programme Driv’Eko, le groupe français cherche tout à la fois à limiter ses émissions directes de gaz à effet de serre, de polluants et de bruit, à anticiper le durcissement des contraintes de circulation dans les centres-villes, et à répondre aux attentes de sa clientèle et de ses partenaires sur ces sujets.

« Nos clients apprécient nos efforts de conversion des flottes qui se concrétisent par l’achat de véhicules à un coût initial plus élevé. Le calcul de l’impact carbone de leur activité, qui comprend les services apportés par leurs fournisseurs, est important afin d’obtenir des chantiers. Il est ainsi bénéfique pour nos clients que les engins qu’ils louent soient livrés avec des véhicules bas carbone », souligne Jean-Luc Benoît.

22 tracteurs routiers GNL

Encore peu répandu en France, c’est par le GNL (gaz naturel liquéfié) que Kilotou a entamé la conversion de sa flotte de 400 poids lourds. Une nécessité pour disposer d’une autonomie de l’ordre de 1.600 km sur un plein avec des tracteurs routiers.

« La répartition de ces camions a été effectuée en fonction des stations d’avitaillement ouvertes dans des zones urbaines au niveau de pollution élevé, comme à Paris, Lyon, Bordeaux, Toulouse, et Lille », révèle Jean-Luc Benoît.

Ces Iveco Stralis Natural Power (460 chevaux pour 2.000 Nm de couple entre 1.100 et 1.600 tr/min), à boîte robotisée Hi-Tronix de dernière génération, livrent du matériel pour les chantiers en affichant sur la cabine les avantages à utiliser le GNL : « -99% de particules fines, -50% de décibels, -60% d’oxydes d’azote ».

Après avoir essuyé quelques plâtres, comme c’est le plus souvent le cas avec des technologies nouvelles, Kiloutou a pu évaluer que ces camions répondent aux attentes, notamment en matière de consommation, et satisfont les conducteurs.

6 porteurs 32 tonnes GNC

Pour ses porteurs 32 tonnes GNC (gaz naturel comprimé), Kiloutou a une nouvelle fois choisi des Stralis NP de Iveco (400 chevaux, 1.700 Nm de couple).



« Kiloutou a travaillé avec le constructeur, mais aussi avec le carrossier CVIM qui a installé différemment le plateau à l’arrière basculant. Ainsi équipés, il est possible de décharger les engins transportés à terre ou sur un quai », explique Jean-Luc Benoît.

« Nous avons également demandé à CVIM de réaliser un coffrage pour dissimuler le rack de bouteilles supplémentaires installé derrière la cabine et qui nous permet d’obtenir une autonomie de 700 km environ, soit 2 jours de fonctionnement », poursuit-il.

Le GNC étant plus répandu que le GNL, la répartition des 6 porteurs 32 tonnes a pu se faire avec moins de contraintes. « A leurs volants, 2 conducteurs se relaient sur une durée quotidienne de 15 heures : l’un effectue les livraisons depuis tôt le matin ; l’autre le remplace en début d’après-midi », précise notre interlocuteur.

23 fourgons GNC

Au cours du mois de septembre prochain, Kiloutou va recevoir d’Iveco 23 fourgons 12 m3 Daily Blue-power 136 chevaux (couple de 350 Nm) fonctionnant au GNC et dotés d’une boîte automatique Hi Matic 8 rapports ZF. Ils ont été également adaptés aux besoins de l’entreprise.

« Ils seront équipés de rampes escamotables et d’un attelage remorque pour livrer du matériel de BTP de plus petite taille [NDLR : PTRA de 7 tonnes]. Nous avons également fait ajouter un réservoir de GNC afin de gagner un tiers d’autonomie. Avec 300 km, les fourgons pourront effectuer 2 jours de rotation avant de passer en station faire le plein », détaille Jean-Luc Benoît. Ces utilitaires seront principalement exploités en Ile-de-France et dans l’Est (Nancy, Mundolsheim, Moulins-lès-Metz, Montbéliard, Chalon-sur-Saône, etc.).

« Une fois que nos flottes fonctionnant au GNC seront déployées, nous pensons les alimenter au biogaz », dévoile notre interlocuteur.

18 Ford Fiesta hybrides

« Nous avons également commencé la conversion de notre parc de 550 voitures de service circulant aussi bien en ville qu’à l’extérieur. Elles sont utilisées par nos attachés commerciaux qui se rendent chez les clients afin de conclure de nouveaux contrats de location », ajoute Jean-Luc Benoît.

« Une première tranche de 18 Ford Fiesta [NDLR : 20% du renouvellement du parc au titre de l’année 2020] devrait être intégralement livrée avant novembre prochain. Dès la fin septembre, nous formaliserons de nouvelles commandes de voitures hybrides à recevoir dans le courant de l’exercice 2021 », planifie-t-il.

« Pour nos attachées commerciaux, ces véhicules permettent d’accéder aux zones sensibles ‘anti-diesel’, tout en conservant l’autonomie et le mode de fonctionnement, en particulier pour effectuer le plein en carburant », justifie-t-il.

Equipée d’un système mild-hybrid, la Ford Fiesta a séduit les équipes de Kiloutou

3 Renault Zoé

« Les Renault Zoé sont également des voitures de service qui ne circulent qu’en milieu urbain. Elles sont affectées à des agences parisiennes qui sont équipées de bornes 22 kW », met au jour Jean-Luc Benoît. « Adopter la voiture électrique nous permet de nos préparer aux développement des zones à restriction de circulation. Nous l’expérimentons actuellement pour voir si elle répond à nos besoins », avance-t-il.

« C’est toutefois plus compliqué qu’avec les hybrides, car nos attachés commerciaux utilisent leurs voitures de service pour rentrer chez eux. Pour ceux qui résident en immeuble, la recharge des batteries peut poser des problèmes. C’est pourquoi nous devons étudier au cas par cas le déploiement des VE. Kiloutou ne peut pas tout miser sur l’électrique », plaide-t-il.

« A moyen terme, notre entreprise a prévu de convertir 80% de ses flottes aux énergies alternatives. Nous nous intéressons aussi à l’hydrogène. Dans cette période de transformation que nous connaissons actuellement concernant la mobilité, nous sommes toujours à l’affût des nouvelles solutions », conclut le responsable des opérations et méthodes Transport.

Automobile Propre et moi-même remercions Jean-Luc Benoît pour sa disponibilité et sa réactivité.