Gigafactory : notre visite de l’usine de batteries Tesla


Publicité

Grâce au parrainage de 5 acheteurs de Tesla Model S, j’ai pu être invité à l’inauguration de la Gigafactory que Tesla construit actuellement dans le désert du Nevada, près de la ville de Reno.

Pour assister à cette inauguration, je me suis rendu dans le Nevada avec mon ami Marc-André, qui a déjà rédigé quelques billets sur Automobile Propre. Ce voyage de quelques jours est un investissement que nous avons souhaité faire pour tenter de comprendre la révolution que va constituer cette usine en matière de mobilité électrique.

Autant vous le dire tout de suite, la ville de Reno n’est pas vraiment la plus sexy du monde… située dans le désert du Nevada, elle tente d’attirer les touristes grâce à ses nombreux casinos. Pour la ville et son économie, l’arrivée de Tesla est une aubaine car le constructeur prévoit d’embaucher à terme 10 000 personnes dans son usine.

Il faut dire que le choix de cet emplacement a de quoi surprendre. À une demi-heure de bus de Reno, l’usine est perdue au milieu du désert, au bout d’une rue habilement nommée « Electric Avenue ». Les subventions et conditions offertes par le Nevada pour l’installation de Tesla ont certainement dicté ce choix.

Pourtant, travailler en plein désert présente un certain nombre d’inconvénient. Ayant déjà visité d’autres usines de batteries, dont celle de Nissan avec visite en salle blanche, je sais combien la poussière est l’ennemi pour la fabrication des cellules. Autant vous dire que la tempête de sable qui s’est abattue sur le site pendant notre visite m’a vraiment interpelé !

Comment maintenir la propreté du site pour garantir le niveau de qualité des batteries ? Il faudra faire confiance aux ingénieurs de Tesla et de son partenaire Panasonic pour trouver la solution.

À notre arrivée sur le site, nous avons découvert un grand bâtiment et un terrain encore plus grand, sur lequel s’agitent les engins de chantier. Difficile de se forger une vue d’ensemble du site depuis le bus dans lequel nous sommes. Néanmoins, cette usine rend concret tout ce qu’on a pu lire et dire sur la Gigafactory.

Si l’usine semble déjà très grande, seuls 14% de l’édifice final sont déjà construits. 3 des 4 murs du bâtiment sont provisoires et permettent à Tesla de produire les batteries utilisées par le Powerwall, la batterie de stockage domestique, tout en continuant à construire le reste de l’usine.

Pour l’inauguration, Tesla a invité environ 1400 personnes (propriétaires de Tesla, partenaires et collaborateurs) et a installé un bâtiment provisoire pour l’occasion. Au-delà de l’ambiance festive, nous avons pu découvrir les produits de la marque ainsi qu’une maquette de l’usine, que vous pouvez voir dans la vidéo.

L’ensemble des personnes présentes a pu faire un tour à l’intérieur de l’usine, par groupe d’une quinzaine de personnes. Les employés de Tesla dirigeaient la visite d’une partie des installations tandis que le personnel de Panasonic semblait un peu « sur les dents », vérifiant que personne ne sortait du périmètre définit par Tesla pour faire un peu d’espionnage industriel.

Si avant la visite il nous a été demandé de ne pas filmer, les photos étaient autorisées même s’il ne fallait pas « en faire de trop près ». Les visiteurs étaient même incités à publier les photos sur les réseaux sociaux. Il faut dire que les meilleurs communicants de Tesla sont ses clients ! Malgré tout, certains sont allés jusqu’à publier des vidéos en live de leur visite, profitant de l’excellent réseau wifi disponible sur place.

Ça semble peut-être anodin, mais je n’ai jamais vu une telle qualité de connexion wifi dans un événement rassemblant autant de monde. Que ce soit pendant la visite ou durant la soirée, la connexion a été d’une rare qualité et d’un débit impressionnant. De quoi publier les photos et vidéos que vous avez pu voir sur notre page Facebook !

Difficile de décrire exactement ce qui a été présenté dans l’usine, mais ce qui est clair c’est que nous n’avons vu que la partie émergée de l’iceberg et que tout n’a pas été présenté. C’est normal. J’étais déjà vraiment très surpris que tout ce monde puisse visiter les installations !

Je retiendrai simplement que l’automatisation semble être de mise pour la production des batteries « dans la partie Tesla ». À part quelques employés, dont la cantine est directement à côté de la chaine de fabrication des Powerwall, nous n’avons pas vu beaucoup de monde.

Un point à noter est l’importance donnée dans ce bâtiment à la gestion des risques sismiques. Vous pouvez voir sur les photos des renforts métalliques rouges qui participent à rendre la structure résistante aux séismes.

Sur les batteries du Model 3 et leur production, nous ne saurons rien. Les employés refusent de donner des détails, expliquant que le seul moyen d’en avoir serait éventuellement qu’Elon Musk boive un peu trop lors de la soirée ! La seule chose que nous verrons ce sont des photos accrochées dans les allées de la Gigafactory.

Marc-André, plus habitué à visiter des usines que moi, m’explique qu’il a rarement vu un site industriel aussi nickel. Il faut dire que tout est blanc, du sol au plafond, à part les grands croisillons rouges de l’infrastructure parasismique.

En terminant notre visite, nous avons la possibilité de voir le prototype de la Model 3. Hors de question de rater cela ! Nous avons fait près de 9000 km ! Pourtant, l’équipe de Tesla visiblement un peu inquiète ferme l’accès au local où est situé la voiture et nous demande de rejoindre immédiatement l’intérieur du bâtiment où se passe la soirée. Une tempête de sable est en train de s’abattre !

Vraiment frustrés de ne pas pouvoir approcher la Model 3, nous rejoignons la soirée qui débutera une heure plus tard. À proximité, les visiteurs peuvent tester l’accélération des Tesla Model S et Model X au travers de sessions d’essai. En revanche, impossible de s’asseoir dans une Model 3…

À l’intérieur, des buffets et bars permettent aux visiteurs de se désaltérer et de patienter avant l’intervention d’Elon Musk et de son bras droit JB Straubel. Autant vous dire que le boss est attendu comme le messie ! Difficile pour JB Straubel d’exister sur scène malgré le fait qu’il soit plus à l’aise pour les discours qu’Elon Musk.

Pendant une demi-heure, ils ont rappelé les ambitions de cette Gigafactory qui va produire en 2017 plus de batteries que la production mondiale de batteries en 2014 ! Si vous comprenez l’anglais, vous pourrez retrouver l’intégralité de leur intervention que nous avons filmé à bout de bras avec l’iPhone ;-)

Durant le reste de la soirée, nous avons pu faire différentes rencontres avec la communauté Tesla et surtout, nous avons trouvé le moyen de revenir voir la Model 3 et de faire une vidéo et quelques photos !

Au final, ce que je retiens de cette visite de l’usine Tesla c’est que le processus industriel de production des batteries est bel et bien enclenché. La Gigafactory va devenir un avantage compétitif incroyable pour Tesla face à tous ses concurrents, dont une bonne partie se fournit chez LG qui va sans doute avoir du mal à suivre la demande…

Cette usine est absolument indispensable au succès du Model 3 et à la capacité de Tesla à livrer les plus de 300 000 voitures qui sont déjà en précommande. Clairement, le constructeur relève un impressionnant défi industriel et on lui souhaite de réussir. Pour Tesla et pour la mobilité électrique dans son ensemble.

Publicité

Sur le même sujet


Publicité
Publicité

Commentaires

Copyright © 2020 Automobile Propre - Tous droits réservés Mentions légales Site édité par Saabre