Le préparateur automobile londonien Charge Automotive vient d’ouvrir les précommandes pour 499 exemplaires d’une voiture électrique survoltée à transmission intégrale, dont le design est basé sur la mythique Ford Mustang des années 1960.

Bullitt au courant ?

Dans sa version Fastback (coupé), la Ford Mustang des sixties reste dans bien des mémoires comme la voiture du lieutenant Bullitt incarné dans le film de 1968 par Steve McQueen. Charge Automotive s’attaque ainsi à un mythe automobile américain et il le sait, maniant très bien dans son premier teaser, à suivre, sur l’engin, l’art du suspense et celui de titiller la fibre sensible des passionnés du genre. Equipée de la transmission intégrale, la Mustang proposée par l’entreprise londonienne sera livrée en 2 présentations : Fastback (coupé) et Convertible (cabriolet).

En chiffres

Avec une batterie d’une capacité de 64 kWh, acceptant la recharge rapide 50 kW DC, cette Mustang devenue électrique n’aurait une autonomie que de 200 kilomètres. C’est donc que Charge Automotive envisage que ses propriétaires s’amuseront à chatouiller son moteur d’une puissance maximale de 300 kW, et de 1.200 Nm de couple, capable d’emporter l’engin à 100 km/h, départ arrêté, en 3,09 secondes. Trois modes de pilotage existent cependant : Eco, Sport et Ultimate. Cette architecture conçue avec le spécialiste en électromobilité Arrival prend place dans des coques produites sous licence officielle Ford, hissée sur des suspensions à hauteur réglable (Lower, Ride, Raise). Le bolide est exploitable en mode propulsion (entraînement par les seules roues arrière, comme sur la Mustang originale) pour faire davantage joujou, ou transmission intégrale si l’on préfère jouer la carte de la sécurité.

A bord

« Les intérieurs de luxe, sur mesure, riches en ambiances et en détails, offrent une expérience de conduite haut de gamme moderne aux amateurs de vitesse et de technologie. Equipés de composants ultramodernes et d’une interface numérique personnalisée, ces véhicules classiques sont de retour, accommodée à la pointe du progrès automobile », assure Charge Automotive. La première vidéo de promotion est plus parlante. Il est très curieux d’entendre se refermer la porte avec ce bruit si particulier venu des sixties, puis de fixer dans la foulée son attention sur l’équipement numérique embarqué. A l’identique de la tablette principale des Tesla Model S, celle de la Mustang permet d’effectuer tous les réglages, y compris de sélectionner le sens de marche par glissement de la main sur l’écran.

Tour d’essais

Charge Automotive a prévu de proposer sa Mustang électrique à l’essai à travers le monde, entre mars et septembre 2019. Des escales sont déjà programmées : Los Angeles, New York et San Francisco aux Etats-Unis ; Paris, Londres, Munich et Milan pour l’Europe ; Tokyo, Pékin et Shanghai pour l’Asie ; et Abou Dabi, aux Emirats arabes unis. A l’issue de cette tournée commenceraient à être livrés, à ceux qui les auront précommandés suffisamment rapidement sur le site dédié charge.cars, les premiers exemplaires construits. Pour faire partie de ce cercle, Charge Automotive demande le versement d’un « dépôt initial entièrement remboursable de 5.000 livres », soit environ 5.720 euros. Le prix de cette voiture, à partir de 200.000 livres (229.000 euros), dépendra des options et accessoires choisis. Pas la peine d’exiger des pneus Michelin ! L’entreprise londonienne travaille de toute façon avec le manufacturier français. Une équipe sérieuse ? « Nos ingénieurs ont participé à divers projets pour Williams F1, McLaren Automotive et Jaguar Land Rover », justifie Charge Automotive qui se définit comme une équipe de « passionnés par les automobiles classiques légendaires » ayant fait le choix d’une « mobilité sans émission » tournée vers l’avenir.

Ford Mustang sixties : Un mythe devient électrique
3.6 (72.86%) 14 votes