fastincharge_02

L’année 2016 vient de démarrer et c’est l’occasion pour notre équipe de vous souhaiter à toutes et à tous une belle et heureuse année ! C’est aussi le moment de faire un bilan sur 2015 et d’imaginer comment sera 2016…

Le scandale Volkswagen

Volkswagen Combi électrique : un concept pour le CES Las Vegas ?

Publicité


2015 aura été une année riche en matière d’automobile et d’environnement ; le scandale Volkswagen en est la parfaite illustration. Il a marqué l’industrie automobile mais également le grand public. Volkswagen a été très fortement secoué et le groupe va certainement réagir de façon assez visible.

La mutation de Volkswagen passera forcément par la mise en valeur de ses voitures électriques et hybrides rechargeables, au moins en matière de communication. Nous l’avons déjà constaté avec la superbe Porsche Mission E et cette semaine nous devrions avoir un aperçu d’un Combi électrique. Il faudra tout de même que le groupe passe à l’action et fasse preuve d’une vraie volonté pour vendre ses voitures rechargeables s’il veut être crédible !

Je suis convaincu que Volkswagen va s’orienter massivement vers le véhicule électrique et que nous en aurons des preuves concrètes en 2016. D’autres constructeurs vont certainement lui emboîter le pas…

Les véhicules électriques nouvelle génération en approche

essai-leaf-2016-05

De 2015, je retiendrais 3 voitures électriques.

La première, c’est la Renault ZOE R240 qui affiche une belle autonomie (240 km NEDC) mais qui abandonne la recharge rapide (43 kW) tout en conservant la recharge accélérée (22 kW). La voiture électrique leader du marché qui se passe de la recharge rapide, c’est tout de même assez étonnant ! Les équipes du constructeur expliquent que pour de nombreux utilisateurs, elle n’était pas nécessaire et que la recharge en 22 kW est largement suffisante.

Je suis convaincu que la recharge rapide fera son retour dans les prochaines évolutions de la ZOE, quand elle sera équipée de batteries plus grandes. Peut-être en saurons-nous plus en mars, lors du salon de Genève ?

En parlant de batteries plus conséquentes, 2015 aura été l’année d’une évolution de la voiture électrique la plus vendue au monde, la Nissan LEAF. Avec sa batterie 30 kWh, la LEAF permet désormais de rouler 200 km dans la vie réelle, ce qui lui ouvre l’accès à une nouvelle clientèle en attendant un véritable nouveau modèle.

Je pense que la prochaine LEAF embarquera très certainement une batterie de 48 kW et nous en aurons peut-être un aperçu dès la fin de l’année 2016. Ce sera nécessaire pour affronter l’arrivée de la Tesla Model 3, la berline compacte 100% électrique qui sera présentée fin mars.

Publicité


Enfin, puisqu’on parle de Tesla, la 3ème voiture que je retiens pour 2015 c’est le Model X. Attendue depuis longtemps, la deuxième voiture électrique complètement conçue et réalisée par Tesla a enfin été révélée. L’obstination d’Elon Musk à proposer ses fameuses portes « faucon » auront certainement coûté très cher à l’entreprise pour un bénéfice utilisateur discutable.

Néanmoins, Tesla a démontré cette année sa capacité à délivrer. Sa deuxième voiture est en vente, sa Gigafactory avance bien et le réseau de superchargers ne cesse de s’étendre. Le constructeur a considérablement augmenté ses effectifs puisqu’il emploie 14 000 personnes et qu’il a encore 1 600 postes à pourvoir…

En 2016, toute la question sera de savoir dans quelle mesure le Model X viendra cannibaliser (ou non) les ventes de la Model S. Personnellement, je pense que ça sera très limité.

Le marché de la voiture électrique

voiture-electrique-zoe

Même si nous n’avons pas encore les chiffres définitifs pour 2015, le marché du véhicule électrique (VP + VU) devrait avoir dépassé les 20 000 exemplaires sur l’année. C’est Renault qui tire ce marché avec le succès incontestable de la ZOE et du Kangoo électrique chez les professionnels.

Si le leadership de la marque au losange est incontestable, la concurrence commence à pointer le bout de son nez. Outre la LEAF, bien implantée sur le marché depuis des années, les autres modèles grignotent petit à petit des parts de marché. D’après mes discussions avec les conducteurs de voitures électriques, il semble que le KIA Soul EV soit doté d’un gros potentiel sur ce marché !

Ce que j’ai pu constater, au travers de ChargeMap et des retours de ses utilisateurs, c’est qu’il y a de net progrès chez les vendeurs pour accueillir et conseiller les personnes qui souhaitent acheter des voitures électriques. Certes, tout n’est pas encore parfait et il n’est pas rare de tomber sur le « réfractaire au VE » de la concession, mais il semble que d’une manière générale, l’accueil ait progressé en qualité notamment chez Renault.

Enfin, le dernier élément que je retiens sur le marché du véhicule électrique c’est le maintient du bonus et du superbonus pour l’année 2016. Même si je regrette toujours que le quadricycle électrique soit le grand oublié de ces politiques de soutien, je pense que ces aides sont encore indispensables pour faire avancer le marché.

Ma prévision pour l’année 2016 est un marché à 30 000 exemplaires (VP+VU) dans lequel la ZOE et la LEAF restent leader mais dans lequel les challengers vont continuer à grignoter des parts de marché.

Je pense aussi qu’à la fin de l’année 2016, on devrait commencer à évoquer une baisse du bonus écologique pour les voitures électriques mais je ne serai pas surpris qu’elle soit compensée par des aides décidées au niveau des régions ou des villes.

L’infrastructure de recharge

Borne de recharge ikea

Force est de constater qu’en 2015, les bornes de recharge ont poussé sur le territoire français. C’est en tout cas ce que nous avons observé via ChargeMap. Malheureusement, ce déploiement s’est fait de façon désorganisée et inégale. Certaines régions sont formidablement bien dotées tandis que d’autres régions sont passées complètement à côté de l’AMI de l’Ademe qui financent partie ces déploiements.

Ma région d’origine, l’Alsace en est un superbe exemple. L’absence de syndicats d’énergie, une volonté de soutenir le véhicule électrique qui semble avoir disparu au niveau de l’ex-Région Alsace et la difficulté à faire travailler tous les acteurs ensemble font que les projets de déploiement n’ont rien donné à ce jour. Un véritable gâchis quand on sait l’avance qu’avait pris la région en matière de voitures électriques. Fin de la parenthèse…

Néanmoins, de manière plus globale, les bornes de recharge se sont multipliées en France, à la fois via les collectivités mais aussi grâce aux acteurs privés. Le rôle de Nissan dans ce domaine est à souligner. Ses partenariats avec Auchan et Ikea lui ont permis de bâtir le premier réseau de bornes de recharge rapide en France. Les conducteurs de voitures électriques lui doivent beaucoup…

Le réseau Corri-door, en cours de déploiement le long des autoroutes, va aussi prendre beaucoup d’importance. Les premières bornes sont installées et sont accessibles avec la carte Sodetrel. Le réseau étant financé en partie par l’Europe et les constructeurs automobiles, il devrait bientôt s’ouvrir à d’autres moyens d’accès…

Je pense d’ailleurs que cette interopérabilité des réseaux de recharge va enfin commencer à prendre forme et devenir concrète pour l’usager en 2016. Même si, pour le moment, les tractations entre les différents acteurs de la filière sont intenses. L’utilisation des plateformes d’intéropérabilité comme GIREVE ou HUBJECT divise les acteurs pour des questions de coûts et de stratégie…

De 2015, je retiens également l’arrivée des infrastructures de recharge en Type 2 (il était temps) et la formidable perte de temps, d’énergie et d’argent qui a découlé du support du Type 3 par les industriels français… Sans compter la confusion que cela cause dans l’esprit du grand public qui a du mal à s’y retrouver dans les possibilités de recharge.

L’évolution de la communauté des conducteurs de voitures électriques

3-rencontre-automobile-propre-selestat_01

Les utilisateurs de voitures électriques sont de plus en plus nombreux et cela se traduit par une évolution de la communauté des conducteurs de VE. Les enthousiastes de la première heure ont été rejoints par le grand public, parfois un peu moins « impliqués » dans la « cause » du véhicule électrique.

Cela pose parfois des problèmes, notamment au niveau des infrastructures de recharge. Il n’est pas rare de trouver des places réservées à la recharge des véhicules électriques squattées par des voitures qui ne sont pas là pour recharger, ce qui engendre des tensions avec les usagers qui ont besoin de charger…

Une autre évolution constatée en 2015 est celle du regroupement des conducteurs de voitures électriques au travers de multiples nouvelles associations. Ils sont nombreux à vouloir promouvoir les véhicules électriques et ils prennent les devant pour cela !

J’ai noté deux tendances : la création d’associations régionales et la création d’associations (ou de groupes sur Internet, notamment sur Facebook) liés à des véhicules ou des marques en particulier.

Je pense qu’en 2016 ces associations vont prendre de l’importance, se structurer et jouer un rôle important dans la sensibilisation de nos concitoyens aux véhicules électriques. Elles vont aussi permettre de faire avancer le déploiement des infrastructures de recharge et devenir des relais importants pour les marques et les entreprises du secteur.

Et à part la voiture électrique ?

h2-mobility-hydrogene-1

Si j’ai beaucoup parlé de voiture électrique à batterie, il ne faut pas oublier les autres énergies. Les hybrides rechargeables ont réalisé de beaux scores en 2015 et vont certainement continuer à se développer.

Du côté des voitures à pile à combustible hydrogène, il semble que ce sujet ne soit plus tabou en France et que les pouvoirs publics comprennent qu’il ne faut pas éliminer totalement cette piste au seul profit du véhicule électrique. Pour moi, ce vecteur d’énergie est à privilégier pour les flottes captives de véhicules lourds devant parcourir de longues distances (bus, camions).

2016 accueillera certainement de nouvelles expérimentations de véhicules hydrogène et la construction de stations pour faire le plein. En revanche, il faudra encore attendre pour espérer voir des particuliers s’équiper avec ces véhicules…

Les carburants alternatifs, et notamment le GNV, devraient continuer à rester confidentiels, les pouvoirs publics et les automobilistes ne semblant pas forcément enclins à accélérer leur adoption.

Conclusion

Voici donc en quelques lignes ce que j’ai retenu de 2015 et mes « prévisions » pour l’année 2016. Prenez un moment pour me faire part de vos réactions et de votre vision pour 2016 dans les commentaires de cet article !

J’en profite pour vous renouveler tous mes vœux pour cette nouvelle année, au nom de l’équipe d’Automobile Propre. Qu’elle vous soit douce et favorable !

Publicité