Le championnat Extreme E a débuté ce week-end en Arabie saoudite. La compétition de SUV électriques, soutenue par la Fédération Internationale de l’Automobile, a effectué son galop d’essai. Un coup réussi avec un spectacle au rendez-vous et un message positif.

Les voitures électriques n’ont pas seulement la cote sur le marché commercial. En sport automobile, elles sont également de plus en plus représentées. Ainsi, ce week-end a débuté l’Extreme E, une compétition off-road de SUV électriques.



Pour sa première édition, cette nouvelle compétition 100 % électrique se fera en cinq actes, dans des endroits du monde reculés et menacés par le changement climatique. Il s’agira de la Terre de Feu en Patagonie, de la forêt amazonienne au Brésil, du Groenland et du Lac Rose au Sénégal. Mais ce week-end, c’est en Arabie saoudite que le championnat s’est lancé. Le week-end de compétition a globalement été spectaculaire.

La compétition se déroule sur des formats courts, et les duos sont obligatoirement mixtes. Un homme et une femme se relaient sur deux tours d’un tracé avoisinant les 10 kilomètres. Le samedi, ce sont uniquement des manches qualificatives. Le dimanche, il y a un total de quatre courses de trois tours sous un format éliminatoire.

Le SUV utilisé par les neuf équipes, l’Odyssey 21, sort des ateliers de Spark Racing Technology. Cette entreprise française fabrique aussi les monoplaces de Formule E, autre discipline électrique de la FIA, qui existe depuis sept ans.

Une compétition respectueuse de l’environnement

En Arabie saoudite, c’est l’équipe Rosberg X Racing, appartenant au champion du monde de F1 Nico Rosberg, qui a gagné. Elle a devancé l’équipe United Andretti Autosport, deuxième devant l’équipage de X44. Cette équipe, engagée par Lewis Hamilton, compte notamment Sébastien Loeb dans ses rangs.

Après ce premier contact réussi avec la discipline, le paddock flottant va revenir en Europe puis se préparer à sa destination suivante. L’Extreme E met l’accent sur la préservation environnementale, notamment avec des installations de recharge fonctionnant à l’hydrogène.

Le paddock est entièrement transporté par bateau pour éviter du transport aérien. Sur place, les pilotes et membres d’équipes prennent part à des actions pour l’environnement. Ce week-end, ils ont notamment nettoyé des plages. Par ailleurs, un comité scientifique est également présent pour mettre l’accent sur les dangers et problèmes environnementaux et climatiques.

Extreme e : les étapes de la saison 2021

  • 29-30 mai – Lac Rose – Sénégal
  • 28-29 août – Kangerlussuaq – Groenland
  • 23-24 octobre – Santarem – Brésil
  • 11-12 décembre – Terre de Feu – Argentine