Essai Tesla Model 3 Performance 2021 : la meilleure des voitures électriques ?


Publicité

Best-seller de la marque californienne, la Tesla Model 3 a subi en début d’année une grosse mise à jour. L’occasion pour Automobile Propre de prendre en main ce millésime 2021 dans sa version Performance.

Si la Model 3 évolue régulièrement sur sa partie software grâce aux mises à jour à distance, cela n’empêche pas le constructeur de revoir certains aspects pratiques et techniques de son modèle phare. Lancée il y a deux ans dans l’Hexagone, la Model 3 a subi en début d’année une importante série de mises à jour. Une bonne excuse pour reprendre le volant de la berline californienne dans sa déclinaison haut de gamme Performance.

500 chevaux sous le capot

Plus compacte que la grande Model S, la berline quatre portes américaine dispose du gabarit idéal pour le marché européen. Avec 4,69 m en longueur, elle vient directement concurrencer les berlines premium allemandes et se distingue par ses performances hors normes.

Dotée d’un châssis rabaissé par rapport aux classiques versions Standard Plus et Grande Autonomie, cette Model 3 Performance 2021 se veut l’une voitures électriques les plus puissantes du marché. Dotée d’une configuration dual-motor, elle intègre un moteur électrique sur chaque essieu. À l’avant, le premier développe jusqu’à 215 chevaux tandis que le second, placé sur le train arrière, grimpe jusqu’à 298 chevaux. Au cumul, la puissance théorique dépasse les 500 chevaux.

Côté batterie, le constructeur ne communique toujours pas d’information officielle. On sait néanmoins que cette nouvelle génération bénéficie toujours de cellules Panasonic avec un pack totalisant environ 80 kWh de capacité énergétique.

Sur le plan esthétique, les changements apportés sur ce millésime 2021 restent légers. Cette version performance se caractérise ainsi par son petit becquet en carbone à l’arrière et de nouvelles jantes turbines de 20 pouces montées sur des pneumatiques spécifiques. Le constructeur a également levé le pied sur les éléments chromés de l’ancienne version. Ces derniers sont désormais remplacés par des inserts noirs qui, moins fringants, apportent une touche d’élégance et un petit côté sportif.

Conservant sa capacité de 50 litres, le Frunk peut désormais s’ouvrir à distance. Il complète l’espace du coffre qui, lui aussi doté d’une ouverture motorisée, offre un volume de 425 litres de base ainsi qu’un double fond de 70 litres permettant d’y loger facilement les câbles de recharge. Malheureusement, le hayon n’est toujours pas de la partie.

À l’avant, pas de changement hormis des finitions légèrement améliorées. La principale évolution réside dans la présence d’un grand tunnel central. Très spacieux, il intègre deux docks pour téléphones portables avec recharge par induction, deux prises USB C et un grand accoudoir abritant une prise 12 volts. Autre nouveauté de ce millésime 2021 : la boîte à gants qui, au-delà de son ouverture classique, peut-être verrouillée à la manière d’un coffre-fort grâce à un code PIN.

Sur la partie multimédia, la Model 3 évolue en fonction des mises à jour réalisées à distance par le constructeur. Sur la dernière version du soft, la partie gauche de l’écran est plus imposante ce qui réduit la taille du GPS. Ultra-réactif, ce dispositif de navigation identifie les superchargeurs et intègre un calculateur d’itinéraire très pratique pour les longs trajets. La Model 3 étant dépourvue d’instrumentation et minimaliste dans ses boutons physiques, c’est par l’écran central que se règlent la quasi-totalité des fonctionnalités de la voiture. On y retrouve aussi des applications comme Spotify, mais également de nouveaux jeux dont une étonnante version adaptée de Mario kart.

Au volant

La neige et la chaussée mouillée n’inquiètent pas notre Model 3 Performance qui, équipée d’un moteur sur chaque essieu, offre le meilleur système de motricité existant actuellement. À l’usage, la direction change en fonction du mode de conduite. Trop ferme, le mode sport sera à éviter en ville. D’autant que la voiture de Tesla n’offre pas une maniabilité exceptionnelle. Les plus joueurs pourront tester le mode Track qui permet de répartir la motricité sur l’avant ou sur l’arrière tout en déconnectant l’antipatinage. Une fonctionnalité pas vraiment adaptée aux routes ouvertes et que nous réservons à un prochain test sur circuit.

Au niveau de l’insonorisation, on continue à entendre les bruits de roulement malgré l’intégration du double vitrage. Il faut dire que les grandes roues de cette version Performance ne jouent pas en sa faveur.

Sur les petites routes sinueuses, la voiture électrique de Tesla ne prend pas une once de roulis et offre une motricité exceptionnelle. Pour monter un col, il n’y a rien de mieux. En descente, c’est autre chose et la voiture sera forcément handicapée par son surpoids vis-à-vis de ses rivales thermiques. Même si Tesla indique avoir gagné 40 kilos sur ce millésime 2021, l’ensemble reste lourd et pèse au final près de 2 tonnes (1 923 kg).

240 km/h sur autoroute allemande

Pour cet essai, nous sommes allés du côté de Strasbourg. L’occasion de franchir la frontière pour aller tester cette version Performance sur les autoroutes illimitées allemandes. Avec un 0 à 100 km/h assuré en 3,3 secondes, la berline américaine est toujours aussi impressionnante sur ses phases d’accélération. La densité de circulation ne nous aura pas permis de vérifier les 261 km/h annoncés par le constructeur, mais les 240 km/h ont pu être atteints sans sourciller.

Dès lors que l’on dépasse les 130-140 km/h, l’insonorisation n’est pas optimale. Malgré la présence du double vitrage, on a toujours des bruits d’air et quelques bruits de roulement. Cela reste toutefois assez logique compte tenu des jantes utilisées sur cette version Performance.

Côté consommation, nous atteignons une moyenne de 42 kWh/100 km sur la petite portion d’autoroute allemande empruntée. De quoi chiffrer l’autonomie à environ 200 km.

Sur notre trajet retour vers Paris, nous atteignons une moyenne de l’ordre de 25 kWh/100 km sur autoroute, ce qui n’est pas si mal compte tenu des températures extérieures négatives. Chiffrée à 300 km dans ces conditions hivernales, l’autonomie de la Model 3 sur autoroute pourrait grimper à plus de 350 km avec des températures plus clémentes.

Un rapport prix/prestation exceptionnel

Cette version Performance est la plus luxueuse et la plus performante des Model 3, mais aussi la plus chère. Facturée 59 990 €, elle n’est clairement pas donnée, mais affiche un rapport qualité-prix-prestation inégalable dans l’automobile. Notre préférence va toutefois à la version Grande Autonomie, plus confortable, et surtout 8 000 € moins chère que cette version haut de gamme.

Encore une fois, les tarifs annoncés s’entendent hors options. Il faudra ainsi débourser 3 800 € pour bénéficier de l’Autopilot amélioré, qui intègre changement de voie et parking automatiques, et 7 500 € pour débloquer la « capacité de conduite entièrement autonome ». Un dispositif qui ne trouvera sa réelle utilité qu’à compter du moment où la législation autorisera ses différentes fonctionnalités.

 


En savoir plus sur le véhicule Tesla Model 3

Publicité

Sur le même sujet


Publicité
Publicité

Commentaires

Copyright © 2021 Automobile Propre - Tous droits réservés Mentions légales Site édité par Saabre