Après une première prise en main organisée en juin, Automobile Propre a pu reprendre le volant de la Renault Clio hybride pour un essai plus complet à découvrir en vidéo.

Ne jamais dire jamais. Si Renault a longtemps boudé la technologie hybride, justifiant vouloir consacrer ses efforts sur le tout électrique, la marque a dû changer de stratégie avec l’arrivée des nouvelles normes environnementales. Révélée en 2018 au Mondial de l’Automobile de Paris, la technologie E-Tech débarque désormais dans la gamme du Losange. En plug-in sur la Megane et le Captur et en « simple » hybride sur la nouvelle Clio.

140 chevaux sous le capot

Basée sur la cinquième génération de Clio, la Renault Clio E-Tech reprend les mêmes lignes que ses consœurs essence et diesel. Longue de 4,05 m, elle se distingue par quelques marquages spécifiques et sa motorisation essence-électrique. Sous le capot, on retrouve un bloc essence 1,5 l de 91 chevaux associé à deux moteurs électriques pour une puissance cumulée de 140 chevaux. Originalité de cette Clio hybride : sa boîte de vitesses à crabots sans embrayage. En pratique, c’est le moteur électrique qui va aider la boite à garder le régime pour changer de vitesse.

Cumulant 1,2 kWh de capacité, la petite batterie lithium-ion est placée à l’arrière, sous le plancher du coffre. Totalisant 254 litres, l’espace de chargement est ainsi amputé de presque 50 litres par rapport aux versions thermiques classiques.

A bord, l’habitabilité de cette Clio hybride est la même que sur les autres versions. Les rangements sont généreux avec un bel espace sous l’accoudoir, de grands espaces dans les contre-portes et une boite à gants très profonde. Sur la finition haut de gamme Intens de notre modèle d’essai, on retrouve une instrumentation numérique, un écran tactile 9,3 pouces installé en position verticale et un système audio Base. Il y a évidemment les touches et menus spécifiques à cette version hybride qui propose plusieurs modes de conduite, dont un EV Mode privilégiant la conduite électrique. Au niveau du sélecteur de vitesses, on retrouve également B (Brake). Présent sur de nombreuses voitures hybrides, ce mode renforce l’effet du frein moteur et les capacités de régénération de la batterie.

Au volant

Comme sur la plupart des hybrides, la Clio e-Tech choisit seule le passage du mode électrique au mode thermique. Si la capacité batterie est suffisante et si la conduite le permet, le conducteur peut toutefois forcer le passage à l’électrique via le mode « EV ». Dans ce cas, la Clio e-Tech peut se mouvoir sur son seul mode électrique jusqu’à 100 km/h. L’autonomie électrique reste toutefois très limitée en raison de la petite batterie dont la capacité équivaut à peu près à celle de deux vélos à assistance électriques.

A l’usage, la boite de vitesse n’est pas d’une fluidité extrême. On a parfois tendance à confondre le point mort et la marche arrière. La direction est douce, bien assistée et la voiture très agréable en usage urbain. On a toutefois tendance à sentir les passages d’un moteur à l’autre et notamment l’entrée en scène d’un bloc essence un peu trop sonore.

Si cette Clio hybride nous a semblé moins douce en ville que la Yaris, elle se révèle beaucoup plus à l’aise sur routes sinueuses. Sans atteindre les performances d’une Clio 1.3 Turbo avec boite EDC, la Clio hybride se défend avec un 0 à 100 km/h abattu en 9,9 secondes et se montre à la fois assez dynamique et réactive. Le plaisir des 140 chevaux reste toutefois de courte durée. La batterie se vidant rapidement, le surplus de puissance apporté par l’électrique est éphémère et tend à limiter l’usage sportif de cette Clio E-Tech.

Sur autoroute, la finition Intens de notre modèle d’essai bénéficie de tous les équipements d’aide à la conduite, exception faite du régulateur de vitesse adaptatif. Une fois encore, le moteur reste très audible. Dommage car le constructeur a plutôt bien travaillé l’insonorisation au niveau des bruits d’air et du roulement.

Consommation moyenne

Sur les quelques 250 km de notre parcours d’essai, l’ordinateur de bord annonce une moyenne de 6,4 l/100 km. Un résultat raisonnable mais pas vraiment exceptionnel pour une hybride.

A noter que notre trajet a été majoritairement réalisé sur autoroutes et routes et nationale. En ville on peut donc tabler sur du 5 l/100 km sous réserve de garder le pied léger sur la pédale d’accélérateur.

A partir de 22.600 €

Reprenant les finitions de la gamme Clio classique, la Renault Clio e-Tech hybride débute à partir de 22.600 € dans sa finition Zen. C’est 1650 € de plus qu’une Toyota Yaris hybride d’entrée de gamme, proposée à partir de 20.950 €.

Dans la finition Intens de notre modèle d’essai, la citadine hybride est facturée 25.100 €, soit 1100 € de plus qu’une 1.3 l EDC essence.