Automobile Propre a pris le volant de la nouvelle 508 PSE hybride rechargeable, la plus puissante des voitures de série jamais construite par Peugeot. L’occasion de tester ses performances et son comportement sur circuit.

Un design unique

Si elle reprend l’ADN de la 508 classique, cette déclinaison PSE est reconnaissable dès le premier coup d’œil. Au programme : une nouvelle grille de calandre, un diffuseur arrière, une double sortie d’échappement, des jantes 20 pouces spécifiques et des éléments de couleur vert Kryptonite spécifiques au modèle que l’on retrouve sur la carrosserie et les étriers de freins. Les réglages du châssis ont également été optimisés par les équipes de Peugeot Sport avec des voies élargies et une hauteur de caisse rabaissée de 10 mm.



À l’avant, la présentation est toujours aussi moderne avec la présence des touches piano et du fameux i-Cockpit. Comme à l’extérieur, on retrouve des finitions spécifiques avec une sellerie cuir/alcantara et des surpiqûres vertes longeant le tableau de bord et la sellerie. Au niveau des équipements, la 508 PSE est plutôt complète. Elle intègre de série les sièges massants, la caméra 360 degrés, la vision nocturne ou encore un système audio à 10 haut-parleurs.

Au-delà de sa version berline, cette 508 PSE existe aussi en version break. S’étalant sur 4,79 m, celle-ci est un peu plus longue, mais aussi un peu plus lourde (1 850 vs 1 875 kg). Au niveau du coffre, cette 508 PSE SW offre 530 litres, soit 43 litres de plus que la berline.

360 chevaux sous le capot

Côté mécanique, cette 508 PSE fait appel à un bloc essence turbo de 200 chevaux et 300 Nm. Celui-ci est couplé à deux moteurs électriques. Logé à l’avant, le premier cumule 110 chevaux de puissance (81 kW) tandis que le second prend place à l’arrière avec 113 chevaux (83 kW). L’ensemble cumule 360 chevaux de puissance. De quoi assurer le 0 à 100 km/h en 5,2 secondes.

Pour alimenter ces moteurs électriques, la sportive du lion reçoit une batterie de 11,5 kWh de capacité. Elle se recharge en 4 heures sur une prise domestique et en seulement une 1 h 30 si vous optez pour le chargeur embarqué de 7,4 kW facturé 300 euros.

Au volant

Au démarrage, la batterie est pleine et l’ordinateur de bord estime à 24 km l’autonomie électrique. On est loin des plus de 40 km promis par le constructeur en cycle WLTP et il faudra passer régulièrement par la prise pour faire baisser sa conso. C’est dommage car la conduite en mode 100 % électrique est plutôt agréable. Les accélérations sont franches et il est possible de rouler jusqu’à 140 km/h sans consommer une seule goutte de carburant.

Sur les petites routes, la boîte de vitesses a tendance à maintenir le régime pour garder la pêche en mode sport. En mode confort, on sent l’excellent travail des équipes de Peugeot sur l’amortissement. La suspension filtre bien les défauts de la route et le grip offre une excellente adhérence.

Sur voies rapides, les bruits d’air sont bien filtrés. On dispose bien évidemment de tous les équipements d’aide à la conduite et notamment du maintien dans la voie et du régulateur actif.

En consommation, l’ordinateur de bord indique une moyenne de 6,2 l/100 km après 101 km parcourus, dont 25 en mode tout électrique. Une performance correcte pour une voiture de 360 chevaux, mais qui n’a rien d’exceptionnel compte tenu de la complexité de la technologie.



Premier essai sur circuit

Cette première prise en main de la 508 PSE était aussi l’occasion de la mettre à l’épreuve sur circuit. Une expérience à retrouver dans la vidéo ci-dessous.

Un tarif haut perché

En matière de tarifs, cette 508 PSE n’est clairement pas donnée. Disponible dans une seule et unique finition ultra-équipée, la sportive hybride du lion débute à partir de 67 100 € en berline et à partir de 68 400 € dans sa déclinaison SW.

Un tarif résolument élitiste qui dépasse celui d’une Tesla Model 3 Performance. Chacun ses goûts !