Essai Kia EV6 : on a testé le SUV électrique sur 2 300 km


La Kia EV6 est l’une des voitures électriques les plus attendues sur le marché. Pour mieux cerner ses points forts et ses points faibles au quotidien, nous l’avons testée sur 2 300 km. 

Publicité

Avec l’EV6, Kia inaugure une lignée de véhicules exclusivement électriques, plus haut de gamme que le reste de la marque. C’est avant tout par un design très novateur de sa nouvelle voiture électrique que Kia marque son entrée dans cette nouvelle ère.

Design et ergonomie de la Kia EV6

La Kia EV6 est un SUV électrique, mais sa silhouette n’est pas celle d’un SUV classique. Proche de celui d’un break surélevé, son profil présente des lignes acérées, et des détails esthétiques très qualitatifs. Le regard agressif de l’EV6 est marquant, et ses larges arches d’ailes avant lui donnent une face très impressionnante.

Son aspect baroudeur se retrouve davantage dans ses proportions que dans sa hauteur de caisse ou dans des choix esthétiques spécifiques. Kia a choisi de garder un aspect haut de gamme, sans céder aux fioritures plastiques pour renforcer l’aspect tout-terrain du véhicule.

La ceinture de caisse est élevée, et l’absence de montant coloré autour du pare-brise renforce son design incisif. La ligne de toit est fuyante et se termine par un aileron assez important, à la vocation purement esthétique.

L’arrière se distingue par des feux parcourant toute la largeur de la voiture et se prolongeant aux ailes arrière, jusqu’à former une ligne avec les bas de caisse. Les formes sont fluides et la trappe de recharge est parfaitement intégrée à l’ensemble.

Le tout respire l’originalité et la proposition esthétique est innovante. De profil, le capot est court, ce qui permet de libérer de l’espace à l’intérieur de la voiture. Au volant, cela assure aussi d’avoir une voiture facile à manœuvrer en dépit de la largeur des ailes.

 

Le SUV possède un intérieur flatteur…

Le design du Kia EV6 offre donc un espace intérieur impressionnant. Mais ce qui nous marque en premier lorsque l’on monte à bord du véhicule, c’est un design très original et une qualité de finition impressionnante.

Les plastiques sont qualitatifs, et l’on est surpris par la console centrale flottante. Sur celle-ci, on trouve notamment le bouton de démarrage de la voiture, la molette de sélection des modes, l’activation des caméras et radars, le chargeur à induction et deux porte-gobelets. Au bout, il y a également l’activation du volant chauffant et des sièges chauffants et refroidissants.

La partie haute de la console centrale est, à l’exception des feux de détresse et de deux molettes, entièrement tactile. Les molettes sont disposées de part et d’autre d’un bandeau qui peut soit servir à régler la climatisation, soit servir à gérer la partie multimédia. Un logo tactile permet en effet de passer de l’un à l’autre.

À lire aussi Essai comparatif Kia EV6 vs Hyundai Ioniq 5 : duel fratricide chez les Coréennes

Au-dessus se trouve l’écran central de 12,3 pouces, sur lequel on peut absolument tout contrôler, de la gestion d’énergie à la climatisation, en passant par la navigation, Android Auto et Apple CarPlay, ainsi que toutes les autres fonctions du véhicule.

L’instrumentation derrière le volant apparaît sur un autre écran de la même dimension. Le bandeau formé par les deux écrans est très légèrement incurvé. Le volant arbore une forme originale et une très bonne ergonomie.

Les sièges sont garnis d’un tissu qui n’est pas sans rappeler l’alcantara. Le rendu est évidemment qualitatif, d’autant qu’ils sont également constitués d’un cuir blanc qui rend l’ensemble plus luxueux.

L’intérieur du véhicule, en plus d’un aspect qualitatif dans ses matériaux et son assemblage, est personnalisable en matière de luminosité. Une palette complète de couleurs est ainsi disponible pour l’habillage lumineux de l’habitacle.

… et un espace à bord impressionnant

La priorité donnée au confort se ressent aussi pour les passagers. Les sièges sont ergonomiques et confortables sur les longs trajets, ce qui confirme les qualités de routière de l’EV6. De même, la banquette arrière est confortable et la place aux jambes et sous le toit est entièrement satisfaisante pour une personne mesurant jusqu’à 1,80 m.

Si les passagers peuvent avoir autant de place, c’est notamment parce que le pack batterie se situe dans le plancher. L’habitacle bénéficie forcément d’une place importante, d’autant que le capot est court à l’avant.

Comme de nombreux véhicules électriques, cet espace dans l’habitacle ne signifie pas un sacrifice dans le coffre, où le volume de chargement est colossal. Il atteint ainsi 490 litres avec les sièges arrière en position normale, et le volume utile peut aller jusqu’à 1 300 litres.

Spécifications de la Kia EV6 :

  • Longueur : 4 695 mm
  • Largeur : 1 890 mm
  • Hauteur : 1 550 mm
  • Empattement : 2 900 mm
  • Poids à vide : 1 985 kg
  • Volume du coffre : 480 L

Performances et qualités routières de l’EV6

Nous avons testé la version quatre roues motrices de la Kia EV6. Ses deux moteurs affichent 239 kW de puissance, soit 325 chevaux, et développent un couple de 605 Nm. Elle existe dans une version plus sobre à deux roues motrices, et une déclinaison GT de 585 chevaux arrivera en fin d’année.

Au quotidien, les caractéristiques de la version quatre roues motrices sont amplement suffisantes. L’EV6 est réactive malgré son poids frôlant les deux tonnes. La voiture présente un comportement un peu plus incisif en mode Sport, mais cette version n’a pas non plus une vocation très sportive.

Kia a misé sur le confort, et ça se ressent au volant, même si l’EV6 affiche une bonne motricité et une tenue de route à toute épreuve. Son comportement est sain, et l’on garde une bonne maîtrise en toutes circonstances malgré le poids colossal du modèle.

Sur les routes de montagne, elle avale moins les virages qu’une Tesla Model 3, avec un train avant peu joueur et un peu lourd. On sent toutefois un centre de gravité plus élevé que sur d’autres véhicules électriques, et on abandonnera rapidement la volonté de chercher une vocation sportive à l’EV6. Gageons que la version GT et sa puissance avoisinant les 600 chevaux apporteront satisfaction aux personnes voulant faire de ce SUV électrique une voiture plus amusante.

En montagne, le mode sport permet de ne pas perdre de temps dans les accélérations en montée… à condition de ne pas avoir besoin d’économiser de l’énergie. En ville, son gabarit et son poids se ressentent peu, grâce notamment aux aides à la conduite qui permettent de bien la situer dans son environnement. La douceur de sa motorisation et le confort de son habitacle permettent aussi de fluidifier l’ensemble de la conduite.

Performances de la Kia EV6 :

  • Vitesse max : 185 km/h
  • 0 à 100 km/h : 5,2 s

Une consommation raisonnable

Nous avons essayé la Kia EV6 dans des conditions peu idéales, puisqu’il faisait froid au moment des fêtes de fin d’année. La majeure partie des trajets a été réalisée sur autoroute, mais nous avons pu aussi essayer la voiture sur nationale, en ville et sur des routes de montagne.

Sa batterie de 77,4 kWh, bien qu’étant responsable en partie du poids de la bête, permet des autonomies raisonnables. On se rapproche de l’autonomie espérée compte tenu des chiffres annoncés en cycle WLTP.

En ville, on note qu’il faut garder le pied léger en toutes circonstances, sans quoi les consommations ont tendance à s’envoler. En effet, le poids de l’EV6 joue contre elle lors des phases d’accélération et de freinage.

À lire aussi Voiture électrique : 4 Coréennes dans le Top 10 Europe de janvier

On apprécie surtout la fiabilité au niveau des autonomies que la voiture affiche. Ce problème nous avait grandement compliqué les trajets autoroutiers avec la Citroën ë-C4, dont l’autonomie annoncée descendait à vue d’œil de manière peu réaliste. Sur l’EV6 en revanche, ce que l’écran indique est d’une fiabilité quasiment imparable, ce qui offre une vraie sérénité lors des longs trajets.

De plus, la partie inférieure droite de l’écran, en mode navigation, indique la borne de recharge la plus proche. Un gadget dans certains cas, notamment quand la borne indiquée n’est pas fonctionnelle, mais cela reste aussi une information bienvenue.

La puissance de charge n’a jamais atteint les 239 kW promis par le constructeur coréen. La voiture a souvent été chargée sur des bornes Ionity de dernière génération, mais la charge stagnait entre 60 kW et 80 kW. Une déception car lors des jours d’accalmie météo, quand les températures décollaient un peu plus, la barre des 100 kW a rarement été franchie, pour atteindre un maximum de 150 kW.

Autonomie de la Kia EV6 sur tous types de trajets

Note pour le tableau ci-dessous : sur certaines portions de ville, route et autoroute, nous avons distingué nos moyennes appelées « Conso » (ligne 1) et « Conso éco » (ligne 2). La première est une consommation constatée en respectant scrupuleusement les limitations de vitesse, la seconde en écoconduite. Il arrive parfois que nous optimisions encore un peu plus les chiffres de la ligne 2, selon les conditions. C’est de ces valeurs que sont tirées les autonomies maximales (ligne 3) dans le tableau. Cependant, il faudra davantage se référer aux autonomies moyennes (ligne 4) pour connaître réellement les distances qu’il est possible de parcourir avec un Kia EV6, en considérant le point de départ à 100 %.

 

 

Mixte Ville Autoroute Route
Conso (kWh/100 km) 19.0 16.5 22.8 17.1
Conso éco 17.8 15.3 20.5 15.8
Autonomie max (km) 430 500 360 480
Autonomie moy. (km) 405  460 320 450

Technologie et vie à bord de l’EV6

L’intérieur du Kia EV6 propose de nombreuses fonctionnalités utiles. L’écran initial montre les informations les plus basiques. On trouve côte à côte la météo, le média en lecture, l’état de la batterie et de l’autonomie du véhicule, une carte et le nom du profil.

En effet, il est possible d’activer plusieurs profils utilisateurs dans la Kia EV6. Cela permet de sélectionner l’ensemble des paramètres de la voiture, notamment le choix d’un mode jour ou nuit, une connexion plus rapide au téléphone, ou encore diverses possibilités esthétiques.

La première bonne surprise se trouve dans l’ergonomie de l’écran central. Le menu est très fourni, avec le choix des fonctionnalités de la voiture, la carte et la navigation, le téléphone, la climatisation, la radio, les médias, et d’autres paramètres.

Ce menu est très intuitif, le fonctionnement de l’écran est très fluide, et l’on ne se perd jamais vraiment dans les sous-menus. C’est particulièrement plaisant lorsque l’on conduit, car on n’est jamais trop longtemps happé par l’écran. Le fonctionnement via Android Auto se fait de manière simple et l’appairage ne pose jamais de problème.

L’écran d’instrumentation derrière le volant présente deux « jauges » qui indiquent la vitesse et la puissance ou la recharge de la voiture. Cela surprend un peu, mais on s’habitue vite aux nombreuses informations qui apparaissent.

Ces jauges changent d’ailleurs de forme et de couleur selon les modes de conduite. Le centre de l’écran est personnalisable afin de choisir les données que l’on souhaite y lire.

À lire aussi Kia EV6 : « le succès est phénoménal ! »

Le fonctionnement de la climatisation nous a toutefois paru capricieux, le chauffage mettant parfois du temps à venir. En sélectionnant une température, même élevée, il fallait appuyer systématiquement sur le bouton « heat » pour que l’air se réchauffe.

Et parfois, un long moment était nécessaire pour que la chaleur arrive réellement… si elle arrivait. On apprécie néanmoins la possibilité de ne chauffer que la place du conducteur dans l’habitacle, ce qui permet de limiter le surplus de consommation de la climatisation.

Kia offre les services Kia Connect Live pendant sept ans, ce qui comprend la mise à jour de la cartographie, le contrôle à distance de la batterie et de la climatisation, ou encore la programmation de la charge et les notifications.

Conclusion et rapport prix/prestation

Le modèle que nous avons essayé est donc la version quatre roues motrices en finition GT-Line. Avec la peinture métallisée Gris Comète Mat, le tarif s’élève à 60 740 euros. L’ajout de la peinture au prix initial de 59 790 € le rend inéligible à tout bonus. Le prix est élevé, même si Kia a tout fait pour le rendre plus acceptable.

La qualité du véhicule est réellement satisfaisante, qu’il s’agisse de son design extérieur et des touches esthétiques bien senties, ou de l’impression qu’offre l’habitacle. La Kia EV6 est une voiture aussi plaisante à conduire qu’à vivre, et malgré son gabarit, elle présente un côté versatile très plaisant.

Bien sûr, c’est lors des longs trajets que la Kia EV6 se distingue, et l’on a été surpris de la fraîcheur physique ressentie après une journée passée sur la route à son bord. En revanche, on regrette vraiment une vitesse de charge décevante qui rallonge les pauses sur autoroute.

N’hésitez pas à nous donner votre avis sur le format de l’article et à nous suggérer les modèles que vous souhaiteriez voir en test longue durée !

On a aimé
  • Le look hors du commun de cette Kia
  • Un habitacle soigné, moderne mais pratique
  • Un confort à toute épreuve
  • La douceur de la motorisation

On a moins aimé
  • La puissance de charge décevante
  • Le (non ?) fonctionnement de la climatisation
  • Un prix qui tombe trop vite hors du bonus

 

À lire aussi On fait disjoncter le Kia EV6 avec un toaster à paninis

 


En savoir plus sur le véhicule Kia EV6

Publicité


Sur le même sujet

Commentaires

Copyright © 2022 Automobile Propre - Tous droits réservés Mentions légales Site édité par Saabre