eprix-marrakech-2016

Cette course marocaine du 12 novembre 2016 a été pleine de suspense et de rebondissements.

Sous un ciel bleu ensoleillé, les qualifications ont démarré avec une difficulté pour la première des quatre séries prévues. Le sable présent sur la piste a gêné les premiers pilotes. Leurs collègues des séries différentes ont été moins gênés, car le sable a été chassé par les premières voitures.

Publicité


Sébastien Buemi (Renault eDams N°9) a fait d’excellent chronos qui lui permettaient d’approcher la pôle position.

Premier coup de tonnerre : le système incendie embarqué dans la voiture de Sébastien Buemi s’est vidangé. L’absence du produit d’extinction allège le poids de la voiture. Nul n’a trouvé d’où provenait la fuite. Si l’évènement avait eu lieu lors de la course, Sébastien Buemi aurait pu être disqualifié, notamment pour une éventuelle suspicion d’un acte volontaire. L’absence du poids de produit aurait alors avantagé Sébastien Buemi par rapport à ses concurrents, avec des voitures plus lourdes et donc moins rapides.

L’évènement ayant eu lieu lors des qualifications, Sébastien Buemi subit seulement une pénalité de relégation de 5 places sur la grille de départ.

renault-edams-marrakech

Les sourires de Madame Ségolène Royal (Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie présente pour la COP22), Jean Todt (Président de la FIA) ou de Bertrand Piccard (Solar Impulse) n’ont pas déridé le visage de Sébastien Buemi sur la grille de départ, déterminé à surmonter psychologiquement cette pénalité.

eprix-marrakech-s-royal

Deuxième coup de tonnerre : Sébastien Buemi remonte un à un ses concurrents et gagne la course. Sam Bird (DS Virgin Racing) remporte la deuxième place et Felix Rosenqvist (Mahindra) la troisième place.

Publicité


Du grand art, digne d’un grand champion. Un grand champion doit savoir faire abstraction des difficultés, se concentrer sur le pilotage, et gagner malgré tout une course perdue d’avance.

Un seul regret, pour ma part, sur l’ambiance autour de la course : trop d’esprit « VIP » et pas assez d’esprit populaire. Les gradins et enceintes « grand public » n’étaient pas pleins.

Prochain ePrix Formula E : le 18 février 2017 à Buenos Aires en Argentine.

Publicité