Recharge d’une Renault Zoé par induction dynamique

La compagnie israélienne ElectReon Wireless a réussi la charge d’une Renault Zoe par induction dynamique. L’essai a eu lieu dans la ville côtière de Beit Yanai en Israël, sur une section de route de 20 mètres dans le revêtement de laquelle des bobines électriques sont intégrées

Lors du test, la startup a enregistré une puissance de transfert d’énergie de 8,5 kW avec un rendement supérieur à 91%. Elle espère pouvoir atteindre les 15 kW dans les prochaines semaines.

Pour ElectReon ces résultats constituent une étape clé dans la perspective d’une expérimentation à plus grande échelle à laquelle la société participe en Suède. Sa technologie sera testée sur une portion de route d’une longueur de 1,6 km qui relie le centre-ville de Visby à son aéroport, sur la côte ouest de l’île de Gotland. Le budget de ce projet subsidié par le gouvernement suédois s’élève à 116 millions de couronnes suédoises (environ 11 millions d’euros).



La technologie conçue par ElectReon consiste à recharger les véhicules électriques par induction dynamique (donc sans contact), pendant qu’ils roulent, en noyant des bobines électriques dans le revêtement des voies de circulation. Selon la startup, toutes les chaussées asphaltées peuvent facilement être équipées à raison d’un kilomètre par nuit (pour éviter de devoir les fermer à la circulation pendant le jour). Une trancheuse décape l’asphalte sur une profondeur de 8 cm puis une 2e machine pose les bobines dans la tranchée et la rebouche. Pour les usagers de la route elles sont invisibles et ne s’activent que lorsqu’un véhicule électrique passe au-dessus. L’objectif n’est pas d’éliminer complètement la batterie de ces automobiles, mais bien de réduire leur capacité et leur poids tout en augmentant l’autonomie. Ainsi, il n’est pas nécessaire d’équiper toutes les routes avec ce système d’induction, mais seulement certains tronçons

Une technologie compatible avec tous les types de véhicules

La solution est compatible avec tous les types de véhicules électriques, y compris les autobus et les camions. Les voitures sont équipées d’un récepteur pesant 12 kg maximum, tandis que les véhicules lourds reçoivent un appareillage plus important pour optimiser le processus de charge.

ElectReon a entamé l’équipement de deux bus électriques et d’un gros camion. La transformation de celui-ci devrait être achevée en décembre, les premiers tests étant programmés en Suède au cours du premier trimestre 2020. La technologie sera ainsi mise à l’épreuve des conditions hivernales du nord de l’Europe. Les bus seront probablement prêts en février et testés en avril 2020 sur le tronçon suédois préparé dans l’île de Gotland ainsi que sur une autre portion de route qu’Electreon avait déjà équipée en 2016, à Tel Aviv, en Israël.

Comme on le sait, la société s’est associée à l’alliance Renault-Nissan et a signé des partenariats avec le groupe français Hutchinson et une compagnie israélienne d’autobus : Dan.

Dans un premier temps, ElectReon vise principalement le marché des lignes régulières de bus. Celles-ci utilisent en effet des itinéraires définis qu’il sera plus facile d’équiper.