renault-zoe-ze-40-jour-2

Après une première étape entre Fontainebleau et Moulins, la deuxième journée du e-Rallye de Monte-Carlo nous a amené à parcourir près de 450 kilomètres à bord de la Zoé ZE 40 pour arriver jusqu’à  Alès avec une recharge intermédiaire.

Etape 1 : Moulins => Saint-Etienne

La journée commence tôt pour la Zoé ZE Team qui se réunit dès 8h30 pour partir en direction de la concession Renault de Liogier, près de Saint-Etienne, pour une étape recharge indispensable jusqu’à notre destination finale : le Pôle Mécanique d’Alès.

Sur ce parcours, nous embarquons une nouvelle fois sur des nationales et quelques portions d’autoroutes où la batterie est beaucoup sollicitée.

Résultat : après 188 kilomètres parcourus, l’ordinateur de bord estime l’autonomie restante à 25 petits kilomètres. Sur ce premier trajet, notre vitesse moyenne a tout de même été de 70 km/h avec une consommation de l’ordre de 18.7 kWh/100 kilomètres.

Une pause recharge qui est également l’occasion de ravitailler les pilotes et de confirmer le temps de charge de cette nouvelle Zoé Q90 en 22 kW AC : 2h30 pour une charge complète.

Etape 2 : Saint-Etienne Alès

Pour cette seconde et dernière étape de la journée, plus de 200 kilomètres de trajet nous attendent. Cette fois, nous n’empruntons ni autoroutes ni nationales mais de petites routes départementales, partant de Saint-Etienne en passant par Aubenas pour rejoindre Alès.

Si nous décidons de jouer davantage l’éco-conduite que nos trajets précédents avec des limites de vitesse moins élevées, le parcours reste particulièrement marqué avec de longues phases de montées qui nous font grimper 800 mètres d’altitude avant de redescendre pour gagner quelques kWh d’énergie grâce aux capacités régénératives de la batterie. L’ordinateur de bord a d’ailleurs tendance à jouer au yo-yo, baissant radicalement ses estimations lors des phases d’ascension avant de les relever en descente.

Au final, nous arrivons sans encombre jusqu’au Pôle Mécanique d’Alès après 243 kilomètres parcourus et 37 kilomètres d’autonomie en réserve selon les estimations de l’ordinateur de bord. En additionnant ces deux valeurs, ont parviendrait donc à une autonomie réelle de l’ordre de 280 kilomètres. Un chiffre plutôt flatteur pour la citadine électrique au losange compte tenu des conditions de notre parcours qui laisse espérer pouvoir atteindre les 300 kilomètres réels pour des usages plus citadins.

En attendant nos premières impressions sur les épreuves de régularité, retrouvez ci-dessous une vidéo résumant notre journée.