CATL dévoile une batterie révolutionnaire avec 1 000 km d’autonomie que l’on pourrait retrouver chez Tesla en 2023


Le manufacturier de batterie chinois CATL, l’un des leaders mondiaux du segment, a présenté une nouvelle génération de batterie. Elle offrirait une autonomie supérieure à 1 000 km, pourrait être rechargée « en un clin d’œil » et sa production ainsi que sa commercialisation sont prévues pour 2023.

Publicité

Cette batterie baptisée Qilin établit un nouveau record en termes d’utilisation du volume puisque, selon CATL, au moins 72 % du pack est constitué de cellules. C’est la troisième génération de cette technologie qui se passe de module et la première, sortie en 2019, en offrait 50 %. CATL donne quelques chiffres supplémentaires en ce qui concerne la densité énergétique, avec 255 Wh/kg pour les cellules nickel-cobalt-manganèse (NCM) et 160 Wh/kg pour les lithium-fer-phosphate (LFP).

Selon l’équipementier, cela a été rendu possible par une nouvelle méthode de construction : la barre de renfort intérieure du pack, la plaque pour le refroidissement liquide et les tampons d’isolant sont rassemblés dans une seule et même couche intermédiaire rassemblant les trois fonctions. D’autres composants, comme le connecteur haute tension ou l’évent pour prévenir l’emballement thermique, ont été redessinés, ce qui permet à eux seuls d’améliorer la capacité de 6 %.

À lire aussi Batteries : CATL veut produire l’équivalent de 230 GWh en 2021

L’entreprise chinoise présente le design du refroidissement liquide comme « disruptif » : circulant entre chaque cellule voisine, cela quadruplerait son efficacité, même dans « des circonstances extrêmes », ce qui non seulement devrait améliorer la sécurité, mais aussi permettre de charger à des puissances plus grandes, CATL annonçant 10 minutes pour aller de 10 à 80 % de charge.

Ce type de construction sans module de cellules offre de plus une plus grande simplicité, permettant de réduire la quantité de câbles et rendrait plus facile et donc moins cher son assemblage. En réduisant la quantité de matière « passive » qu’est l’emballage constitué par le module, cela laisse de la place pour de la matière « active » supplémentaire dans un volume total similaire, ce qui au final améliore la densité énergétique avec des cellules identiques.

CATL n’a pas nommé de client potentiel pour ces nouvelles batteries, mais le premier pourrait être Tesla à qui il fournit déjà les LFP des Model 3 et Model Y. La densité énergétique actuelle de celles qui équipent les deux voitures américaines est de 125 Wh/kg et la passer à 160 Wh/kg l’augmenterait en conséquence de 28 %.

Publicité


Sur le même sujet

Commentaires

Copyright © 2022 Automobile Propre - Tous droits réservés Mentions légales Site édité par Saabre