Wiesmann électrique - Projet Thunderball

Essayer Wiesmann électrique, c’est pour très bientôt ?

Configurez votre véhicule Wiesmann électrique, c’est pour très bientôt ou demandez un essai gratuitement.

Avant même de lancer le modèle de la renaissance, le projet Gecko, Wiesmann nous montre le premier prototype du Thunderball. Ce sera le premier modèle électrique de l’artisan allemand.

Le monde de l’artisanat automobile doit lui aussi se préparer au passage à l’électrique. Wiesmann l’a bien compris. Après la faillite de 2014, l’entreprise prépare depuis plusieurs années déjà son grand retour. Ce sera le projet Gecko, l’animal étant l’emblème de la marque fondée en 1985 par les frères Wiesmann. Ce modèle restera pleinement fidèle aux racines de la marque et devrait embarquer un bon gros V8 BMW, à plus de 500 ch. Côté style, le coupé devrait reprendre l’allure typique des modèles de la marque, avec une carrosserie très proche de la dernière MF5.

À lire aussi Patak : le roadster électrique venu de Tchéquie

Thunderball, 1re Wiesmann électrique

Comme l’a évoqué à l’automne dernier le patron du constructeur, Wiesmann doit honorer sa tradition, mais doit aussi rester dans son temps. Cap sur l’électrique donc, avec le projet Thunderball. D’après les premières images du prototype, il s’agira ici d’un roadster et les lignes sont bien celles d’un modèle arborant le gecko.

Grosse question en revanche en ce qui concerne la motorisation. Le lien historique avec BMW sera-t-il conservé ? Si oui, on pourrait retrouver la configuration à un seul moteur de la BMW i4. Soit par exemple une association du moteur 250 kW/340 ch et 430 Nm de la eDrive40 et de la plus petite batterie de 60 kWh de la eDrive35… À suivre !

Avis de l'auteur

Le passage à l’électrique est un enjeu de taille pour les petits constructeurs. Une question de survie. Les différents projets d’interdiction de vente ou de circulation de modèles thermiques ne font en effet aucune différence par rapport à la taille de l’entreprise, au contraire des réglementations sur la sécurité par exemple.

Les petits artisans n’ont pas les moyens nécessaires pour développer leur propre motorisation électrique. Ils ont en revanche pour coutume d’installer dans leurs véhicules des moteurs et transmissions provenant de grands constructeurs. Ils devraient faire de même avec le passage à l’électrique.

Les équipementiers comme Continental ou Bosch se sont déjà positionnés sur le créneau. Et GM ou Ford ont déjà communiqué sur leur intention de proposer des ensembles de moteurs ou batteries pour cet usage. BMW fera-t-il de même ? C’est probable et Wiesmann pourrait être un des premiers constructeurs à en profiter.