A compter de 2019, la Chine exigera que les véhicules électriques et hybrides représentent 10 % des ventes des consructeurs.

La décision devrait faire date dans le monde automobile. Considérée comme le premier marché mondial avec plus de 28 millions de véhicules vendus en 2016, la Chine vient d’acter la mise en place de quotas pour les véhicules dits « nouvelles énergies ».

Mise en place à partir de 2019, la mesure fixe à 10 % le nombre de véhicules électriques ou hybrides que devront vendre les constructeurs. Selon les précisions des autorités, il sera rehaussé à 12% en 2020 et pourrait monter jusqu’à 20 % d’ici 2025.

Pour le gouvernement chinois, il s’agit de pousser les constructeurs à innover et à sortir de nouveaux modèles. Ceux qui ne respectent pas ces quotas devront racheter des crédits aux constructeurs « excédentaires » ou payer d’importantes pénalités au gouvernement.

La Chine n’est pas le premier pays à mettre en place le principe de quotas. Aux Etats-Unis, certains états comme la Californie l’ont déjà mis en oeuvre. En Europe, la question d’un quota électrique avait été évoquée durant l’été avant d’être « retoquée » par la Commission, justifiant qu’elle ne souhaitait pas favoriser une énergie alternative plutôt qu’une autre….

Voiture électrique : la Chine imposera ses quotas en 2019
Notez cet article