Avec sa benne équipée d’une grue, le Renault D Wide électrique pourra intervenir sur les chantiers sans émissions polluantes ni nuisances sonores. Une société française de location d’engins l’a déjà commandé.

Si l’automobile s’électrifie à une cadence soutenue, les engins en tous genres tardent à sauter le pas. Ils nécessitent d’importantes batteries pour approcher les performances de leur équivalent thermique, impliquant des coûts plus élevés. Mais de plus en plus d’entreprises semblent prêtes à payer davantage pour exploiter des engins « propres » et silencieux.

C’est le cas de Noblet, un loueur français de matériel de chantier. L’entreprise, qui possède déjà des machines au bioGNV, a passé commande du premier camion « approche-chantier » 100 % électrique. Basé sur un Renault Trucks D Wide Z.E de 26 tonnes, le poids lourd dispose d’une benne et d’une grue. Il est équipé de quatre batteries totalisant 264 kWh pour une autonomie d’environ 200 km. La puissance de son moteur électrique atteint 370 kW (500 ch) en pic et 260 kW (350 ch) en continu pour 850 Nm de couple, selon la fiche technique communiquée par Renault. Détail étonnant pour un engin électrique : il est doté d’une boîte de vitesses à 2 rapports.

Le camion se recharge via un connecteur type 2 jusqu’à une puissance de 22 kW AC, autorisant un plein en 12 heures. En option, il peut être équipé d’un connecteur Combo CCS tolérant jusqu’à 150 kW DC, pour une charge « rapide » en moins de 2 heures. Plus cher à l’achat que son équivalent thermique, le D Wide Z.E peut toutefois bénéficier d’aides spécifiques. Noblet affirme ainsi avoir obtenu une prime régionale de 15 000 € et une déduction de 10 % grâce à un dispositif de suramortissement.