Alors que l’absence totale de communication de la part de General Motors se traduisait clairement, depuis presque un an (lors de la présentation de la Volt 2), par une non-volonté de la maison mère de Chevrolet / Opel d’expatrier son fer de lance au-delà de l’Amérique du Nord, il semble qu’au contraire, la situation soit tout autre.

Pour preuve, ces clichés volés et diffusés par www.caradvice.com.au, montrant clairement une Volt 2 avec un drôle de camouflage à la sauce Opel (et Vauxhall) concernant les boucliers.

A l’avant, une base ronde sur la calandre laisse deviner le futur emplacement du Logo (Le Blitz Opel ou le Griffon de Vauxhall). La partie basse également modifiée montre des rampes de LED de jour horizontales (au lieu de verticales sur l’originale).

volt-2-opel_02volt-2-opel_01

Publicité


À l’arrière, rien de spécial à signaler hormis les catadioptres portés en position verticale au lieu d’horizontale sur la Volt 2.

volt-2-opel_06volt-2-opel_07

En latéral comme à l’arrière, les logos Chevrolet et Volt ont été camouflés.

Il n’est donc pas interdit de supposer que GM a visiblement élargit sa vision quant au succès potentiel de son véhicule phare (déjà confirmé aux Etats-Unis et Canada) à travers L’Europe. La seconde hypothèse est une cousine « Buick » (dont le logo est également rond) pour le marché chinois.

D’un point de vue technique, nul besoin de rappeler que la Volt 2 présente des atouts majeurs (Système Voltec 2 avec 80 km d’autonomie selon le réaliste cycle américain EPA) vis-à-vis de la concurrence européenne (Gamme VW GTE, Audi E-tron, Volvo, etc…) et asiatique (Mitsubishi Outlander PHEV principalement) qui plafonnent à 50 km maxi sur batterie.

Si une annonce officielle devait confirmer sa venue en Europe, ces constructeurs auront probablement du souci à se faire… si le réseau commercial de GM assure vraiment le boulot !

Le non-succès commercial de l’Ampera et de la Volt de première génération sur le marché européen fut clairement issu d’une volonté de GM Europe de ne pas vendre ce modèle : aucune véritable démarche commerciale, des concessions agréées trop peu nombreuses, des commerciaux « à l’ancienne » ne voulant pas promouvoir un véhicule « à faible marge »…

Les clients européens, comblés par leur monture de première génération, garantissent encore aujourd’hui la promotion de ce véhicule (notamment via cette pétition) et de nouveaux acheteurs (en occasion) se font régulièrement connaitre alors que l’Ampera a disparu depuis quelques mois du catalogue Opel (Chevrolet n’étant plus représenté hormis les sportives Camaro et Corvette).

En conclusion, dans l’hypothèse de l’arrivée européenne de l’Ampera 2, car on ne peut encore parler que d’hypothèse, il faudra clairement que le modèle soit appuyé par les décisionnaires européens de GM (réseau de vente motivé et formé). L’arrivée déjà prévue en Europe de la petite sœur électrique (Chevrolet BOLT aux US et probablement Opel Blitz en Europe) devrait jouer en faveur de l’Ampera 2 (SAV spécialisé qui devra être mieux représenté), permettant de lui accorder une véritable seconde chance.

Publicité


Publicité