Cette installation pour le ravitaillement des batteries des véhicules électriques a été réalisée par Siemens le long de l’avenue Sutherland (W9). Avec une exploitation par Ubitricity, 3e partenaire dans ce projet qui embarque également la municipalité de Westminster.

Ce n’est qu’un début à cet endroit, puisque 2 rues adjacentes vont également recevoir, dans le courant de la présente année, un total de 33 autres candélabres équipés d’une prise Type 2.

Un début, mais aussi la suite d’un programme qui permet au dynamique quartier londonien de Westminster de recenser déjà 296 points de recharge installés sur des lampadaires, dont 196 avec du matériel Siemens. Cet été, 450 autres seront mis en service.

Ces bornes très particulières sont d’abord à l’usage des résidents électromobiliens des rues ainsi équipées. Il leur est demandé de céder la place au plus vite une fois l’opération de recharge terminée, afin de permettre une rotation maximale sur ces équipements.

Publicité


Le territoire compte en tout pas loin de 500 points de recharge pour véhicules électriques installés dans la rue, avec des puissances s’échelonnant de 3 à 22 kW. Pour faire face à un nombre croissant de voitures branchées, le maillage continue de s’étendre.

Dans ce quartier, plus que dans les autres, le nombre de véhicules électriques a progressé d’environ 40% en 2019 par rapport à l’année précédente. Siemens estime que plus du tiers des automobilistes britanniques vont se convertir à la voiture particulière électrifiée.

Avis de l'auteur

Le trio de partenaires a bien compris que pour permettre le développement de la mobilité électrique des résidents en quartiers résidentiels, il est nécessaire de leur permettre et faciliter l’accès à la recharge.

Les lampadaires qui épousent le tracé des rues de façon rapprochée sont des points tout indiqués pour recevoir une prise destinés aux voitures électriques et hybrides rechargeables : ils sont en place et reçoivent déjà un courant suffisant pour la recharge lente.

En France une expérimentation similaire, baptisée City Charge, a démarré en septembre 2016 à la Roche-sur-Yon avec le SyDEV et Bouygues Energies et Services. Il manque le dynamisme observé à Londres pour que le principe se répande dans les rues de l’Hexagone.

Le droit à la recharge, c’est bien, mais s’activer à équiper les lampadaires, c’est mieux et plus efficace ! Ca éviterait, par exemple, que nombre de véhicules hybrides rechargeables roulent essentiellement sur leur moteur thermique.


Publicité