Avant de (re)démarrer son offensive électrique, BMW poursuit les essais hivernaux des prototypes de ses prochaines électriques, la berline i4, le crossover iNext et le SUV iX3.

En cette fin mars, la France renoue avec des températures douces. Mais à Arjeplog, en Suède, le mercure tombe encore à -10°C. C’est dans cette région que BMW, et de nombreux autres constructeurs, réalisent leurs essais hivernaux.

Parmi les prototypes soumis à des conditions extrêmes, le constructeur a emmené ses trois prochaines électriques. Le SUV iX3, la berline i4 et le crossover iNext posent ainsi fièrement sur les lacs gelés de Laponie.

Techniquement parlant, BMW campe sur une autonomie WLTP de 400 kilomètres pour son iX3, dérivé du X3 troisième génération. L’iNext se détachera par sa capacité de conduite automatique de niveau 3 (sur 5) et s’autorisera 600 kilomètres. Idem pour l’i4, version 4 portes « Gran Coupé » de la nouvelle Série 3 G20, avec un 0-100 km/h en 4 secondes. Autant dire que l’Allemande ira défier directement la Tesla Model 3 et la Polestar 2.

Les trois vecteurs de l’offensive bavaroise

En 2013, BMW semblait en première ligne sur l’électromobilité avec l’i3. Le BMW iX3 produit en Chine viendra enfin épauler la citadine en 2020, les i4 et iNext assemblés en Bavière en 2021. Le plus lointain objectif du groupe est de proposer 12 électriques d’ici 2025, MINI comprise.