Volkswagen ID.3 production usine Zwickau

Développée sur une plateforme dédiée, la Volkswagen ID.3 est beaucoup plus économe que sa devancière affirme le PDG de la marque, Herbert Diess.

L’ID.3 a été présentée en septembre 2019 comme une « nouvelle ère » par Volkswagen. En effet, la compacte électrique dispose d’une plateforme entièrement nouvelle MEB, dédiée aux modèles électriques du groupe. Une configuration qui l’oppose à sa devancière, l’e-Golf lancée en 2014, qui était une adaptation des versions thermiques essence et diesel. Plus qu’une optimisation question sécurité, habitabilité et performances, c’est aussi une histoire de coût.

L’ID.3 surpasse l’e-Golf sur tous les plans

« Si vous vous centrez sur une plateforme électrique, cela donne globalement une réduction de 40% par rapport à la précédente génération de Golf électrique », a déclaré le PDG de Volkswagen Herbert Diess à Reuters cette semaine, « la majorité vient des cellules et des batteries, 5 à 10% venant de l’utilisation d’une usine spécifique pour véhicules électriques ».

En incluant également la baisse de la matière première, l’ID.3 est ainsi bien moins onéreuse que son aînée. Démarrant à environ 30.000 €, elle s’affiche ainsi presque 10.000 € sous le tarif originel de l’e-Golf (40.040 €). En 2019, le constructeur a cependant réajusté le prix à 33.950 €, mais l’e-Golf reste une génération derrière.



Avec une batterie de 35,8 kWh, la Volkswagen e-Golf ne possède que 231 km d’autonomie. C’est 99 km inférieur à la Volkswagen ID.3 dotée du pack 45 kWh (330 km) dont l’autonomie peut grimper à 550 km avec la batterie 77 kWh. De plus, elle peut se charger à 100 kW maximum, contre 40 kW pour l’e-Golf. Bref, incomparables, mais cette dernière survivra encore plusieurs mois, car il faudra attendre juin 2020 pour les premières livraisons de la Volkswagen ID.3.

Volkswagen ID.3 usine Zwickau Allemagne

La Volkswagen ID.3 produite dans l’usine de Zwickau (Allemagne)